Faits divers
URL courte
Par
0 112
S'abonner

Un trentenaire détenu en semi-liberté n’a pas rejoint sa cellule dans une maison d’arrêt de la Meuse. Il a été interpellé trois jours plus tard à Paris et sera jugé en comparution immédiate.

Un détenu de la maison d’arrêt de Bar-le-Duc (Meuse) n'est pas revenu dans sa cellule le 21 octobre dernier. Il risque désormais d’être incarcéré dans un centre de détention près de Paris, relate L’Est républicain.

L’homme bénéficiait, depuis le 10 septembre, d’une mesure de semi-liberté et avait l’obligation de se trouver dans la maison d’arrêt chaque jour à compter de 17h05. Mais le 21 octobre, ce trentenaire n’est pas rentré dans sa cellule.

Rapidement retrouvé

Sa cavale n’a cependant duré que trois jours, le détenu ayant été interpellé à Paris le 24 octobre dans la soirée. Le fuyard sera jugé ce lundi selon la procédure de comparution immédiate, le parquet de Paris ayant été saisi de l’affaire.

Dans le cas où le jeune homme ne serait pas condamné à de la prison ferme et où un mandat de dépôt à son encontre ne serait pas livré, il pourrait néanmoins être mis sous les verrous pour purger le reste de sa peine. Le parquet de Bar-le-Duc a en effet pour sa part saisi le juge d’application des peines au sujet de ces manquements, dans le but de suspendre la mesure de semi-liberté. 

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Un camp de migrants s'installe dans le centre de Paris, la police intervient - vidéo
Tags:
justice, Meuse, France, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook