Faits divers
URL courte
Par
17362
S'abonner

Ayant déjà purgé une peine pour meurtre, un homme sous l’emprise de l’alcool a brandi à Toulouse une machette contre deux femmes qu’il avait précédemment agressées. Heureusement, le pire a été évité et il est reparti à bord de son véhicule avant de se faire arrêter pour avoir grillé un feu rouge.

Il les roue de coups de poing, puis revient avec une machette, dont il ne fera, fort heureusement, pas usage et repartira à bord de son véhicule. Cette scène digne d’un film d’horreur s’est pourtant jouée en vrai et à Toulouse, rapporte La Dépêche.

Les événements remontent à la semaine dernière. Ayant failli renverser dans la soirée de vendredi une conductrice de scooter, un individu âgé d’une quarantaine d’années et en état d'ébriété s’en est pris à elle, lui assénant des coups. Ensuite, il a roué de coups de poing et de claques une autre femme se trouvant sur les lieux.

Mais ce n’était pas tout: il part ensuite pour revenir avec une machette, mais a été calmé par les hommes qui sont intervenus.

Arrêté par la police

Ayant quitté les lieux, l’agresseur a brûlé un feu rouge, attirant ainsi l’attention des forces de l’ordre qui n’ont seulement constaté lors du contrôle qu’il était sous l’emprise de l’alcool, mais aussi ont remarqué la machette sur le siège passager.

Le lien avec le signalement d’un agresseur armé d’une machette a été vite établi.

Connu de la justice

Or, il s’avérera que l’individu en question avait déjà été jugé à l’aube du siècle en cours pour meurtre. En effet, en 2001 il avait, toujours fort alcoolisé, tué d’un coup de couteau dans le crâne un homme de 58 ans qui promenait son chien et avait adressé une remarque en raison du bruit au malfrat et ses copains.

Depuis, il a purgé sa peine, à savoir 10 ans de prison, pour «violences volontaires avec arme ayant provoqué la mort sans intention de la donner».

La récidive

Trois jours d’interruption totale de travail ont été prescrits aux deux victimes. Mais, parfois, la rencontre avec les personnes condamnées par le passé pour meurtre tourne en nouveau drame.

En 2017, un homme, déjà condamné pour coups mortels en 1988, commet un meurtre à Colombelles: suite à la demande de faire moins de bruit, ivre, il trouve l’appartement depuis lequel la remarque lui a été adressée et met un couteau sous la gorge d’une femme. Ensuite, il tue son compagnon.

Toujours en 2017, un homme ayant purgé une peine de 18 ans pour le meurtre de son employeuse et maîtresse en 2008 a tué une jeune ressortissante d’Angola habitant à Toulouse. Il était en liberté conditionnelle depuis 2016.

Crimes et récidives
© Sputnik
Crimes et récidives

Ce ne sont que quelques exemples et, comme le montrent les chiffres du ministère de la Justice, le nombre de condamnés en situation de récidive reste inférieur à 10%, il est toutefois bel est bien existant. Ainsi, en 2018, sur 2.015 condamnés pour crimes, 184 (soit 9,1%) étaient en situation de récidive. En 2017, ce taux était de 7,8%.

© Sputnik
Nature de l'infarction

Parmi ces 184 personnes, 29 étaient condamnées pour homicides volontaires, 48 pour viols et 76 pour vols, recels et destructions.

Lire aussi:

Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Un réfugié syrien débouté de sa demande de naturalisation française pour avoir travaillé beaucoup trop
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Tags:
Toulouse, agression
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook