France
URL courte
751
S'abonner

Dans l’Essonne, un homme d'une cinquantaine d'années a appelé la police afin de se dénoncer pour avoir commis des actes pédophiles entre 1988 et 1992.Troublé à son arrivée au commissariat, il n’a pas pu reconfirmer ses aveux. L’enquête va se poursuivre dès que son état le permettra.

Un homme d’une cinquantaine d’années habitant à Yerres (Essonne) a téléphoné à la police en fin de semaine dernière. Il a alors avoué avoir violé deux fillettes âgées de 6 et 11 ans dans l’Essonne et la Seine-et-Marne à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Des policiers se sont rendus chez lui pour l’arrêter.

Le quinquagénaire s’est troublé à son arrivée au commissariat et n’a pas pu donner plus de détails. Il a été hospitalisé et sera entendu par les enquêteurs de la sûreté départementale après sa sortie. Une expertise psychiatrique a été autorisée.

Cependant, selon une source proche du dossier, «cet homme est déjà connu pour un délit de nature sexuelle», rapporte Le Parisien.

D’après les premiers détails de l’enquête, il s’agit de deux ou trois actes commis entre 1988 et 1992 à Boussy-Saint-Antoine et Combs-la-Ville avec des fillettes également âgées de 6 à 11 ans.

«Des vérifications sont en cours dans son entourage proche, rien ne dit qu'il s'agit d'une affaire intrafamiliale, mais rien ne l'infirme non plus dans les quelques mots qu'il a pu échanger avec les policiers», indique une source proche du dossier.

Le délai de prescription étant de 30 ans à la majorité des victimes, les actes pédophiles en cause sont toujours sous le coup de la loi.

Lire aussi:

Faut-il s’attendre à la fermeture des écoles en cas de nouveau confinement? Blanquer précise
Violente agression d'un adolescent à Paris: une vidéo se propage sur la Toile
Taïwan annonce l'incursion dans son espace aérien de huit avions bombardiers et de quatre avions de chasse chinois
Déficit et dette records: «personne n’explique aux Français que nous ne pourrons pas tenir longtemps à ce rythme»
Tags:
dénonciation, pédophilie, viol, Essonne, France, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook