Ecoutez Radio Sputnik
    Recours au gaz lacrymogène lors de l’acte 16 à Paris

    Octogénaire morte après un tir de grenade: une autopsie algérienne contredit la version officielle française

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    13402
    S'abonner

    Une autopsie réalisée par la justice algérienne sur le corps de Zineb Redouane, octogénaire touchée au visage par un tir policier de grenade lacrymogène à Marseille, a révélé que c’est le traumatisme crânien provoqué par la grenade qui était la cause de son décès.

    Zineb Redouane, l’octogénaire ayant été touchée au visage, début décembre 2018, par un tir de grenade lacrymogène est décédée des suites de ses blessures, a révélé le site Le Média Presse, reprenant le rapport de l’autopsie réalisée par deux experts de la justice algérienne. Cette affirmation contredit la version des autorités françaises sur les causes de la mort de cette femme.

    Selon ces deux médecins légistes du centre hospitalo-universitaire d'Alger, c’est le traumatisme crânien provoqué par le tir policier qui est la cause de la mort.

    «L'importance de ce traumatisme est directement responsable de la mort par aggravation de l'état antérieur de la défunte, malgré les soins prodigués en urgence», ont-ils affirmés.

    À ce jour, le policier qui a tiré ce jour-là n'a toujours pas été identifié, sept mois après le décès de l'octogénaire, selon le média.

    Le 1er décembre dernier, Zineb Redouane, 80 ans, était à la fenêtre de son appartement situé au 4e étage d'un immeuble marseillais lorsqu'un tir de grenade lacrymogène l'a touchée au visage, en plein acte 3 des Gilets jaunes. L'octogénaire est décédée quelques heures plus tard à l'hôpital.

    Près de cinq mois après, la famille de la défunte a déposé plainte pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner», rapportent les médias français. Pour les proches de la victime, la version avancée par le procureur de Marseille, selon laquelle «le choc facial n'était pas la cause du décès», est «totalement fausse».

    La famille de Zineb Redouane réclame également que le dossier d'enquête soit déplacé dans une autre juridiction, l'enquête ayant été, selon eux, biaisée du fait notamment qu'aucun policier n'a jusqu'à présent été identifié comme l'auteur du tir.

    Tags:
    autopsie, traumatisme, grenades lacrymogènes, Marseille
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik