France
URL courte
2817139
S'abonner

Un jeune homme a été attaqué par plusieurs personnes qui l’ont tué à coups de pierres devant le lycée de Sada, sur l’île de Mayotte. Le procureur de la République informe que les identités des tueurs restent inconnues. Une enquête criminelle est en cours, rapporte BFM TV.

Un jeune homme âgé de 19 ans a fait l’objet samedi à la mi-journée d’une attaque de plusieurs personnes qui l’ont tué à coups de pierres devant le lycée de Sada dans l’ouest de l’île de Mayotte, indique BFM TV.

«À cette heure-ci, on ne connaît pas les motifs, ni les causes, ni les circonstances dans le détail», a déclaré le procureur Camille Miansoni après que les services de secours ont constaté le décès.

«Les secours sont arrivés très rapidement et ont essayé de le réanimer pendant un très long moment, en vain», poursuit le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie locale au Journal de Mayotte. Selon Réunion La Première, les élèves qui se trouvaient alors dans l'établissement scolaire ont été évacués.

Le corps de la victime a été transporté à l'hôpital de Mamoudzou pour y être autopsié. Le parquet a entamé une enquête judiciaire.

La victime était venue s'inscrire au lycée

Le jeune homme, originaire de la commune de Mamoudzou, était venu s'inscrire au lycée de Sada, situé à 20 km de son domicile, parce qu’il n'avait pas pu obtenir de place près de chez lui.

Mardi, lors de la visite à Mayotte de la ministre des Outre-mer Annick Girardin, les associations de parents d'élèves ont attiré son attention sur le manque de places dans les lycées de ce département français qui se situe dans l'océan Indien.

Lire aussi:

Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Didier Raoult se voit refuser l’usage exceptionnel de l’hydroxychloroquine
Tags:
lycéens, lycée, gendarmerie, Mayotte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook