Ecoutez Radio Sputnik
    Un officier de la BAC (image d'illustration)

    Un policier roué de coups par deux ressortissants irakien et tunisien à Cannes

    © AFP 2019 LOIC VENANCE
    France
    URL courte
    264142
    S'abonner

    Un policier de la brigade anti-criminalité a été passé à tabac à Cannes alors qu’il voulait arrêter des hommes ayant volé un scooter. Les deux ressortissants irakien et tunisien âgés de 23 et 25 ans ont finalement été interpellés, deux autres ont pris la fuite.

    À Cannes, deux individus ont porté des coups de poing et de pied à un policier de la brigade anti-criminalité (BAC) qui tentait de les interpeller, rapporte Var-Matin.

    Tout a commencé lorsque ce policier et ses collègues ont aperçu un scooter volé avenue Jean-de-Noailles, le 14 septembre. Les fonctionnaires ont donc pris la décision de rester à côté et de surveiller, selon le quotidien.

    Deux agresseurs en fuite

    Quatre individus qui venaient chercher le deux-roues ont par la suite fait leur apparition. Les policiers ont procédé à leur interpellation, mais les suspects se sont mis à courir. Un fonctionnaire a pu rattraper l’un d’entre eux. L’un de ses complices lui est venu en aide. Ils ont commencé à frapper le policier de manière violente. Les collègues de ce dernier sont intervenus et ont permis d’arrêter les agresseurs. Les deux autres ont toutefois réussi à s’échapper.

    Les individus interpellés ont été placés en garde à vue. Il s’agit de deux ressortissants irakien et tunisien âgés de 23 et 25 ans. Ils seront jugés le 14 octobre prochain.

    Quant au policier, il a une cheville cassée et plusieurs contusions sur le corps. Il lui a été prescrit un mois d’arrêt de travail.

    Lire aussi:

    Une femme enceinte affronte un «énorme» aigle qui attaque son chien
    Un requin tente de pénétrer dans une cage de plongeurs et trouve la mort – vidéo
    Israël envisage de frapper l’Iran pour l’empêcher d’accéder à l’arme nucléaire
    Tags:
    interpellation, policier, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik