Ecoutez Radio Sputnik
    Attaque à la préfecture de police de Paris, 3.10.2019

    Un commissaire met en cause des manquements généralisés dans l’habilitation secret défense

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    17291
    S'abonner

    Invité d’Europe 1 dimanche 6 octobre, trois jours après l’attaque à la préfecture de police, Jean-Paul Mégret, du syndicat indépendant des commissaires, est revenu sur les lenteurs et le caractère bureaucratique de la procédure d’habilitation secret défense et a déploré le manque de ressources humaines pour y remédier.

    Invité d’Europe 1, Jean-Paul Mégret, secrétaire général adjoint du syndicat indépendant des commissaires, a cherché des réponses à la question de savoir comment l'habilitation secret défense de l'assaillant de la préfecture de police de Paris, informaticien depuis 2003 au sein de l’institution, avait-elle pu être renouvelée.

    Il a reconnu que les habilitations secret défense et leur renouvellement étaient des procédures très lentes et bureaucratiques.

    «Ce sont des tâches extrêmement complexes. Elles nécessitent des recherches poussées: on interroge des voisins, d’anciens liens amicaux… Tout cela est de la théorie et on le fait de moins en moins», a-t-il expliqué.

    La raison en est, selon lui, qu’«au regard de l'ampleur de la tâche», il n’y a pas suffisamment de gens pour aller jusqu’au bout.

    Déclencher des procédures sans éléments écrits

    «Il faut réfléchir sur le fait qu’on n’ait pas fait de recherches supplémentaires et pas déclenché de procédure sur la radicalisation même sans éléments écrits», a signalé le syndicaliste, ajoutant que des policiers dans l'entourage de l'assaillant avaient déjà, verbalement, constaté des signes d'une potentielle radicalisation, sans qu’une procédure ne soit lancée.

    M.Mégret a rappelé que dans d’autres domaines, relatifs, par exemple, à la violence faite aux enfants ou aux femmes, des signalements dans les services de police et de gendarmerie suffisaient et qu’il n’y avait nul besoin d’une plainte ou d’une main courante signée.

    «On considère que quand on a les éléments, même s’ils ont été donnés verbalement, on ne peut pas faire comme si on n’avait rien entendu», a-t-il résumé.

    Samedi 5 octobre, Jean-Paul Mégret avait déjà reconnu des failles dans la procédure d’habilitation dans un entretien au Parisien. Il a signalé que des personnes pouvaient basculer en quelques mois tandis que les habilitations étaient examinées tous les cinq ans.

    Des règlements demandent un examen

    Il a indiqué qu’en l’absence de délit, une radicalisation n’était pas une cause de révocation et qu’en outre l’administration avait peur d’être taxée de racisme ou d’islamophobie. Pour l’éviter, il fallait procéder à un examen approfondi des règlements et des blocages.

    «On doit se servir de cette défaite. On a clairement été mis en échec, on doit réagir avant d'être mis échec et mat», a-t-il déclaré au Parisien.

    Attaque meurtrière à la préfecture de Paris

    Une attaque au couteau à la préfecture de police de Paris a fait jeudi 3 octobre quatre morts (trois policiers et un agent administratif), ainsi qu’un blessé. L’auteur de la tuerie, qui faisait partie du personnel et qui travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), a été abattu.

    Après avoir constaté certains signes de radicalisation chez le meurtrier après sa conversion à l’islam, les enquêteurs estiment qu’il pourrait s’agir d’une éventuelle attaque djihadiste. L’affaire a ainsi été remise au parquet national antiterroriste.

    Tags:
    secret-défense, attaque, Préfecture de police de Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik