Ecoutez Radio Sputnik
    Enfants

    Un député français propose de suspendre la «mention du sexe à l'état civil» pour les enfants

    CC0 / OnzeCreativitijd
    France
    URL courte
    37152
    S'abonner

    Lors d’un débat à l’Assemblée nationale consacrée aux enfants nés intersexués, le député de l'Ardèche Hervé Saulignac a proposé de «suspendre la mention du sexe à l'état civil», un enfant n'étant pas en mesure, selon lui, «de dire librement quel est son choix».

    Le sujet sensible des enfants intersexués et de leur prise en charge était au cœur des débats à l’Assemblée nationale le 8 octobre. De nombreux élus ont exposé leur vision à cet égard, dont le député de l'Ardèche Hervé Saulignac.

    «Nous reconnaissons qu’il y a des actes médicaux qui sont nécessaires et notre amendement l’admet et évidemment y consent volontiers, notamment lorsqu’est en jeu la vie de celui qui est venu au monde. Mais nous faisons aussi le constat […] que l’on continue des actes chirurgicaux qui sont traumatisants, irréversibles, visant uniquement à définir les caractéristiques sexuelles et à conformer l’apparence au sexe déclaré», a argumenté Hervé Saulignac.

    «Et nous pensons qu’il est temps de mettre un terme à ces pratiques-là, qu’il y a urgence à agir […]. Je crois aussi que le sujet touche à l’état civil et que par conséquent […] il va peut-être falloir se résoudre à suspendre la mention du sexe à l'état civil, tant qu’un enfant n'est pas en capacité de dire librement quel est son choix», a-t-il poursuivi.

    ​Amendement adopté

    Les associations LGBTI condamnent souvent les «mutilations génitales» que subissent les personnes intersexuées, soit possédant des caractéristiques sexuelles féminines aussi bien que masculines à la naissance. Ces hermaphrodites sont opérés dans leur enfance en vue de les conformer à un sexe.

    Suite à un débat le 8 octobre à l’Assemblée nationale, les députés sont tombés d’accord sur un amendement soutenu par le gouvernement qui systématise l'orientation des enfants intersexués vers les quatre centres de référence des maladies rares du développement génital, à Lille, Lyon, Montpellier et Paris.

    Tags:
    sexe, enfants, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik