Ecoutez Radio Sputnik
    Gendarme (image d'illustration)

    L’ex-compagne de Nordahl Lelandais porte plainte contre les gendarmes

    © AFP 2019 JACQUES DEMARTHON
    France
    URL courte
    10543
    S'abonner

    L’ex-compagne de Nordahl Lelandais a confié aux médias français que le meurtre de Maëlys aurait pu être évité si les gendarmes l’avaient écoutée. Elle a décidé de porter plainte contre eux.

    L’ex-compagne de Nordahl Lelandais a assuré au micro de RTL que le meurtre de Maëlys aurait pu être évité. Selon elle, la gendarmerie n’a pas fait son travail.

    «Si la gendarmerie […] m'avait écoutée, il aurait été mis en examen et ça l'aurait mis en difficulté au lieu de se sentir tout puissant et d'aller jusqu'à ce qu'il est allé faire à la petite Maëlys derrière. On aurait pu éviter cela, c'est certain. Je vais porter plainte. On va voir quatre fois une gendarmerie et non il n'y a rien. C'est inadmissible», déplore-t-elle.

    Elle explique au Parisien avoir décidé de mettre fin à sa relation avec Nordahl Lelandais en 2016. «Il était devenu insupportable, trop impulsif. Il avait des angoisses, des changements d'humeur, un décalage avec la réalité. Il prenait aussi beaucoup de cocaïne».

    Lorsqu’elle s'était rendue chez lui pour récupérer ses affaires, il lui avait mis une grande claque. «J’ai réussi à m’enfuir et j’ai foncé vers la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin. Il m’a poursuivie. Je n’ai pas voulu porter plainte afin de ne pas envenimer les choses», raconte-t-elle au quotidien.

    La trentenaire ajoute que Nordahl Lelandais se rendait chez elle la nuit, qu’il l’espionnait et la suivait en voiture. Il l’aurait notamment suivie dans les bois avec une tronçonneuse dans son sac à dos.

    Il lui aurait également foncé dessus avec son véhicule le 18 juillet 2017. Après cela, elle s’est rendue à la gendarmerie mais les militaires ont refusé dans un premier temps de prendre sa plainte.

    «J’ai dû insister, pleurer, pour qu’ils le fassent. Ils ne m’ont demandé aucun détail, posé aucune question. Ils ont cru Lelandais […] et m’ont même demandé d’arrêter de le provoquer. Alors que c’est moi qui vivais un enfer. Et qu’une autre compagne de Lelandais était venue également dire aux gendarmes qu’il l’avait menacée.»
    «Le 27 août 2017, il a enlevé Maëlys. Ma plainte n’a été transmise au procureur de Chambéry qu’en septembre. Si la gendarmerie m’avait écoutée, on aurait pu éviter la mort de Maëlys, c’est certain», poursuit-elle.

    L’ex-compagne de Lelandais a donc décidé de porter plainte contre le gendarme qui n’a pas traité sa plainte ainsi que les militaires qui l’ont interrogée par la suite dans le cadre des affaires Lelandais.

    Affaire de la petite Maëlys

    Maëlys, âgée de huit ans, avait disparu dans la nuit du 26 au 27 août 2017, lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin. Nordahl Lelandais a avoué avoir enlevé et tué la fillette quelques mois plus tard. Il est incarcéré à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère.

    Lire aussi:

    Le roi Salmane condamne la fusillade perpétrée par un militaire saoudien dans une base de l’US Navy en Floride
    Elle organise un duel entre son mari et son amant, le premier décède touché à 35 reprises
    En boule au sol, il est roué de coups de matraque et de pied par des policiers à Paris le 5 décembre – vidéo
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    plainte, prison, Saint-Quentin-Fallavier, Isère, fillette, meurtre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik