France
URL courte
22647
S'abonner

Un homme interpellé à Lyon avait instauré un «droit de passage» dans une rue de la ville et frappait à coups de barre de fer les passants qui refusaient de lui donner un euro.

La police de Lyon a interpellé lundi 28 octobre un homme qui avait instauré dans une rue de la ville… un péage. En effet, les passants qui refusaient de payer le «droit de passage» étaient frappés à coups de barre de fer, a relaté 20 Minutes.

Le suspect a affirmé qu’il avait pris la décision d’introduire ses propres règles de passage pour «s’amuser». Il réclamait un euro à tout un chacun qui voulait emprunter la rue Joseph Chalier à Lyon.

Le «divertissement» s’est cependant transformé en violences lorsque quatre hommes, qui ne parlaient pas français, sont arrivés à la hauteur du forcené et n’ont pas compris ce qu’il leur réclamait.

«Face à leur incompréhension, le mis en cause les a frappés violemment à l’aide d’une barre de fer», a indiqué la Sûreté du Rhône, citée par 20 Minutes.

L’agresseur a été rapidement interpellé par la police, mais durant sa garde à vue, il s’est montré «très virulent» en faisant l’apologie de «tirs à la kalachnikov», a ajouté le quotidien.

124 antécédents judiciaires

L’homme est déjà connu des forces de l’ordre puisqu’à 36 ans, il compte 124 faits au fichier de Traitement des antécédents judiciaires (TAJ).

Il doit être jugé le 3 avril pour «violences volontaires aggravées, violence et menaces sur dépositaires de l’autorité publique et apologie du terrorisme», a précisé le quotidien.

Lire aussi:

Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Louboutin prend ses distances avec Assa Traoré, assurant qu'elle n'est pas une «égérie»
Togo: surpris en train de profaner une tombe, un «féticheur» a été brûlé vif
Tags:
garde à vue, interpellation, 20 Minutes, euro, terrorisme, menaces, violences, Kalachnikov (fusil d'assaut), Traitement des antécédents judiciaires (TAJ), forces de l'ordre, rue, passage, Lyon, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook