France
URL courte
7613
S'abonner

Un homme de 92 a été condamné à six mois de prison avec sursis pour des violences conjugales commises pendant une soixantaine d’années. Selon l’avocat de sa femme, 88 ans, les premiers épisodes d’agressions morales et physiques remontent à l’époque de sa grossesse, en 1958.

Une habitante de Nancy, 88 ans, a dit subir des violences conjugales depuis environ 60 ans, selon l’Est républicain. Son époux, 92 ans, vient d’être condamné à six mois de prison avec sursis en lien avec cette affaire.

D’après l’avocat de la dame, son mari la frappait depuis 1958, alors qu’elle était enceinte, et la violence n’a fait que s’exacerber.

Que «des chamailleries»

Lors de l’audience, le nonagénaire a toutefois démenti certaines accusations, dont le dénigrement constant à l’encontre de sa femme. Cependant, il a confirmé l’avoir «prise par les poignets» et «par les épaules», et lui avoir craché dessus, des gestes qu’il a qualifié de «chamailleries».

Le nonagénaire a déjà comparu devant la justice en octobre 2018. Le tribunal avait alors décidé d’un ajournement de peine, accompagné d’un suivi psychologique. Le jugement a été rendu mercredi 6 novembre. L’homme ne s’était toujours pas rendu chez le psychologue.

Lire aussi:

Un rapport remis par le Pr. Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
Un chien tombé dans l’eau glacée refuse d'être sauvé par un homme qui plonge pour lui – vidéo
Certains «haïssent» leur propre «incapacité»: quand Pékin recadre Paris sur le Covid-19
Tags:
femmes, France, Nancy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook