Ecoutez Radio Sputnik
    Gilets jaunes

    Le Parisien révèle le plan de Macron si des morts avaient émaillé les manifestations les plus dures

    © Sputnik . Julien Mattia
    France
    URL courte
    5318180
    S'abonner

    À l’approche du premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes, Le Parisien a révélé ce que le Président français aurait fait s’il y avait eu des morts lors des manifestations de décembre 2018. Il aurait notamment envisagé de changer de Premier ministre et de créer un gouvernement d'union nationale.

    Alors que l’anniversaire du mouvement des Gilets jaunes approche, Le Parisien a évoqué les projets qu’avait le Président en décembre 2018, un mois marqué par les manifestations les plus difficiles. Un conseiller du pouvoir a révélé au quotidien qu’Emmanuel Macron avait envisagé de changer de Premier ministre et de créer un gouvernement d’union nationale, en cas de morts lors des manifestations.

    «S'il y avait eu des morts du côté des manifestants le 8 décembre, il aurait appelé Gérard Larcher [président Les Républicains du Sénat, ndlr] à Matignon. Le numéro un et le numéro deux de la République ensemble, avec un gouvernement d'union nationale. C'était le prix à payer s'il était acculé», a confié le conseiller en question.

    Un ancien ministre, cité par le journal, explique quant à lui les craintes du Président à l’époque: «Ce qui l'a marqué à ce moment-là, c'est la possibilité d'une rupture démocratique, qu'on perde nos parlementaires, qu'ils se fassent tous remonter les bretelles sur le terrain, qu'on ne puisse plus gouverner».

    Les leçons de la crise

    Après s’être pris quelques revers, Emmanuel Macron se montre désormais plus vigilant, tout en conservant son désir de changer le pays, affirme Le Parisien, soulignant qu’il enjoint à ses ministres de «regarder tous les foyers qui existent» ou encore de «garder le contrôle sur leurs administrations».

    Par ailleurs, s’il reste fondamentalement le même, il aurait compris la nécessité de s’humaniser. «Il écoute beaucoup plus, il interroge, il veut savoir. Avant, on se demandait s'il en avait quelque chose à foutre…», assure un intime.

    Alors que la grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites se profile, le Président de la République a également appris «qu'on ne fait pas les réformes contre les Français, à la hussarde», comme l’indique un de ses stratèges au quotidien.

    Ce samedi 16 novembre, les Gilets jaunes se sont à nouveau massivement mobilisés dans plusieurs villes de France. À Paris, où la situation a rapidement dégénéré, la préfecture de police a déjà annoncé 61 interpellations.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Il n'y a eu «aucune excuse»: le journaliste turc blessé à l’œil le 5 décembre par la police témoigne
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    réformes, gouvernement d'union nationale, gilets jaunes, Emmanuel Macron, macronisme
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik