France
URL courte
3918152
S'abonner

Plus d’un an et demi après les faits, une jeune femme de Montluçon a découvert sur un serveur une vidéo du viol qu’elle avait subi. L’agression avait été commise dans son appartement par deux hommes, rapporte La Montagne. C’est l’un d’eux qui avait filmé la scène. Le 18 novembre c'est ouvert leur procès.

La victime est tombée en septembre 2018 sur une séquence de son viol qui remonte à il y a plus d’un an et demi, écrit le quotidien régional français La Montagne. La vidéo a été mise en ligne sur un serveur.

Les faits se sont déroulés dans l’appartement de la femme à Montluçon le 12 mars 2017. Armés de hachettes, deux hommes s’y sont introduits au petit matin. Ils ont ligoté l’ami de la jeune femme pour ensuite la violer à plusieurs reprises.

La vidéo qui dure une minute et trente secondes a été réalisée par l’un des deux individus avec le téléphone portable de la jeune femme, précise La Montagne.

Toujours selon le quotidien, l’agresseur a ensuite exhorté la victime de supprimer la séquence, mais celle-ci a été automatiquement enregistrée en ligne sur un espace de stockage privé.

D’autres crimes

Outre le viol, les deux hommes, aujourd’hui âgés de 20 et 21 ans, sont également accusés d’avoir tués trois personnes âgées en 2017. Le procès a commencé le 18 novembre devant la cour d’assises des mineurs à Moulins, selon les informations de Paris Match. Ils comparaissent pour «meurtres accompagnés ou suivis d'actes de torture ou de barbarie» et «viol en réunion».

Ils sont tous les deux originaires de Mayotte. Le plus jeune a déjà été condamné à huit mois d’emprisonnement pour violence avec arme, quand l’autre a été condamné à plusieurs reprises pour vol.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Tags:
agresseur, viol, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook