France
URL courte
14849
S'abonner

Une religieuse espérait être admise dans une résidence pour personnes âgées pour y finir ses jours. Mais elle s’en est vue refuser l’entrée, l’administration de Vesoul n’admettent pas qu’elle porte l’habit religieux. Le curé de la ville parle de «christianophobie», rapporte France Bleu Besançon.

Cette religieuse a passé toute sa vie dans un couvent de la Drôme. Désormais âgée de plus de 70 ans; elle a décidé de déménager à Vesoul pour y finir ses jours dans une résidence pour personnes âgées.

Le problème est, qu’à son arrivée en janvier 2019, elle est informée que faute de place suffisante son nom est sur liste d’attente. Six mois plus tard, l’administration de la résidence la contacte par courrier:

«dans le respect de la laïcité tout signe ostentatoire d'appartenance à une communauté religieuse ne peut être acceptée en vue d'assurer la sérénité de toutes et de tous».

«Christianophobie»

Depuis qu’elle a prononcé ses vœux, cette sœur a porté l’habit religieux. Elle refuse alors la condition de l’administration en renonçant à sa place dans la résidence.

En novembre le curé de Vesoul adresse un édito à sa paroisse où il parle de «christianophobie». Il y établit un parallèle avec la femme musulmane à qui il a été demandé d’enlever son voile:

«tout le monde crie au scandale pour cette femme, mais notre religieuse a dû se résoudre à trouver un autre appartement».

De son côté, l’administration de la résidence affirme que: «La religieuse a refusé la place qui lui était proposée, elle n'a pas voulu accepter le règlement intérieur qui est le même pour tout le monde».

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Tags:
religion, Haute-Saône
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook