France
URL courte
8229
S'abonner

En réponse au mouvement des Gilets jaunes, Emmanuel Macron avait annoncé en décembre 2018 une prime défiscalisée. Si elle a largement été octroyée en 2019, la prime «Macron» pourrait ne plus l’être autant en 2020 en raison d’une nouvelle condition.

En 2019, près de 4,8 millions de salariés français ont pu bénéficier de la prime «Macron», d’un montant moyen de 401 euros. Cette mesure sera reconduite en 2020, mais une nouvelle condition laisse présager qu’elle sera plus difficile à mettre en place, prévient Le Monde. En effet, l’exonération sera désormais conditionnée à un accord d’intéressement, qui associe les salariés aux résultats et performances de l’entreprise.

En pleine crise des Gilets jaunes, en décembre 2018, le chef de l’État avait permis aux entreprises de verser jusqu’à 1.000 euros, défiscalisés, à leur employés. Pourtant, selon les chiffres du cabinet de conseil Mercer, cité par Le Monde, 70% des entreprises n’envisagent pas de verser la prime «Macron» l’année prochaine.

Pour de nombreuses TPE, aucun accord d’intéressement n’a encore été signé. Seulement 11% des employés d’entreprises de moins de 50 salariés en bénéficient, a précisé le consultant Bruno Rocquemont dans une tribune au Monde. En cause, la nécessité d’un service de DRH, dont ne disposent pas les petites structures, pour mettre en place ce type d’accord.

Un risque pour les petites entreprises

Alors que les TPE et PME avaient largement contribué au succès de la mesure de Macron, celles-ci se montreront de plus en plus hésitantes face au coût qu’elle représente. Comme l’explique Bruno Rocquemont, cette prime n’est pas créatrice de richesses pour une entreprise, contrairement aux heures supplémentaires, qui ont aussi été défiscalisées.

Les entreprises cherchent davantage à réduire le coût fiscal et social de leur masse salariale. La reconduction de la prime pourrait ainsi avoir une influence négative sur, entre autres, la revalorisation des salaires. D’autant que la prime n’est pas tellement avantageuse pour les employés, puisqu’elle ne participe pas à la cotisation pour les retraites.

Lire aussi:

L’UE réagit aux sanctions contre l’Iran rétablies unilatéralement par les États-Unis
Notre-Dame: les experts forestiers jugent la nouvelle charpente en chêne «résolument moderne» - vidéo
Il rate son arrêt de train et menace une contrôleuse avec un couteau en Savoie
Tags:
Le Monde, PME, entreprise, employés, salaire, gilets jaunes, Emmanuel Macron, prime
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook