France
URL courte
5178
S'abonner

Une séquence montrant un enfant en bas âge, entouré d’adultes, en train de boire ce qui semble être de la bière, a été diffusée sur Snapchat à Noël. Localisée à Brest et relayée sur d’autres réseaux sociaux, la séquence a attiré l’attention de la police et de la brigade des mineurs qui vérifient les faits.

De nombreux signalements auprès des forces de l’ordre ont fait suite à la diffusion d’une vidéo sur laquelle un garçonnet âgé d’environ trois ans boit vraisemblablement de la bière, selon France Bleu. La brigade des mineurs est en train de déterminer les circonstances des faits qui auraient eu lieu à Brest à en juger d’après la localisation.

La vidéo a été publiée à Noël et montre notamment un enfant en compagnie d’adultes, au pied d’un sapin, boire ce qui ressemble à une bouteille de bière aromatisée à la tequila. Il trinque ensuite avec l’auteur de la vidéo et avec un autre homme présent dans la pièce.

Diffusée initialement sur Snapchat, la vidéo est devenue populaire sur d’autres réseaux sociaux en accumulant un grand nombre de visionnages et en provoquant l’indignation des internautes. La vidéo a été signalée sur la plateforme Pharos (Plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements).

Subséquemment, la Brigade de protection de la famille (BPF) a été chargée des investigations pour identifier les auteurs de la scène. Une enquête pour «mise en danger d’un mineur» a été également lancée. Elle doit identifier le contenu de la bouteille et l'endroit où l'épisode s'est déroulé afin de vérifier les faits.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Tags:
mineurs, enfants, police, Noël, Brest (France), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik