France
URL courte
18122
S'abonner

Élisabeth Borne s’est exprimée sur son séjour au Maroc à Noël, en pleine grève, ce qui avait suscité une polémique. Elle a ainsi affirmé à CNews qu’elle était néanmoins disponible et «en contact permanent avec [ses] équipes» durant cette période. Après quelques jours de repos, la ministre est rentrée à Paris pour reprendre son travail.

Cible de critiques, Élisabeth Borne est revenue sur ses vacances de Noël passées au Maroc alors qu’un grand nombre de trains étaient annulés en France pour cause de grève, précisant à CNews qu’elle était restée «totalement mobilisée».

«Totalement à ma tâche»

Elle a déclaré avoir «rejoint [ses] proches» pour célébrer Noël, à l’instar de «beaucoup de Français». Néanmoins, la ministre de la Transition écologique a assuré qu’elle était «totalement à [sa] tâche, […] totalement mobilisée, en contact permanent avec [ses] équipes».

Selon Mme Borne, dont la décision de quitter la France en pleine grève a été fustigée par les syndicats, ses compatriotes n’étaient pas en réalité passionnés par ce sujet mais «ce que leur importent, c’est qu’on soit tous mobilisé pour eux et c’est bien le cas».

«Un peu choquant»

Bien que Matignon ait demandé aux ministres de rester joignables pendant les fêtes de fin d’année sans avoir donné de consigne kilométrique, ni avoir interdit de quitter le territoire, le député LR Claude Goasguen, interrogé par France Info, a considéré que c’était «un peu choquant» de voir une ministre partir en vacances.

Cependant, Christophe Castaner a défendu cette dernière, indiquant que «les ministres ont le droit aussi à quelques moments de partage en leur famille».

Retour à Paris

Après avoir passé plusieurs jours à l’étranger, Mme Borne est rentrée dans la capitale française pour assister à une réunion au centre de veille du ministère le 27 décembre, ce qu’elle a fait savoir sur Twitter, indiquant que «tous les services de l’État, les opérateurs de transport et d’énergie [étaient] mobilisés pour ce week-end important de chassé-croisé».

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
Tags:
grève, Christophe Castaner, Élisabeth Borne, Noël, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook