France
URL courte
449193
S'abonner

Un jeune homme ayant une déficience mentale a été agressé par quatre jeunes filles à la gare de Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Elles ont été arrêtées et comparaîtront devant la justice.

Quatre adolescentes ont attaqué un jeune homme handicapé et lui ont volé sa sacoche et son téléphone portable à la gare de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, relate France Bleu, précisant que l’incident s’est produit dans la nuit de lundi à mardi. Qui plus est, elles ont filmé l’agression où l’homme, un déficient mental, a été projeté au sol et roué de coups de pieds.

Ni le visage ni les mains de la victime n’ont été épargnés. Alertés au moment des faits, les policiers se sont rendus sur place et, grâce à la vidéosurveillance de la gare, ont réussi à interpeller les jeunes filles, âgées entre 15 et 17 ans.

Prochain jugement

Les mineures ont été placées en garde à vue avant d’être libérées. Elles seront toutefois convoquées le 8 mars par la Protection judiciaire de la jeunesse. En outre, elles comparaîtront le 8 avril devant le juge pour d’éventuelles mises en examen, précise le média.

La sacoche et le portable du jeune homme lui ont été restitués. L’appareil de l’une des jeunes filles, avec les images de l’agression, a été remis à la justice.

Les autorités constatent un nombre toujours croissant de «happy slapping», la pratique de vidéo-agression. Elle consiste à filmer une humiliation ou une agression physique d’une personne. Elle a pris de l’ampleur en France depuis 2006.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Sans commentaire: Moscou ne se prononce pas sur une supposée expulsion mutuelle de diplomates avec Paris
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
handicapés, attaque, Grasse, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook