France
URL courte
7117
S'abonner

Les résultats de l’autopsie du sexagénaire qui est décédé après être tombé de son toit lors du passage dans le Calvados de la tempête Ciara le 9 février ont révélé qu’il a été par ses trois rottweilers que les gendarmes avaient dû abattre pour tenter de prendre en charge leur propriétaire.

Le sexagénaire qui est tombé dans la soirée du dimanche 9 février d’une échelle adossée à sa maison pour accéder au toit lors du passage de la tempête Ciara à Acqueville, dans le Calvados, a été tué par ses chiens, rapporte France Bleu qui se réfère aux résultats de l’autopsie.

Selon le média, ils ont révélé que l’homme de 69 ans n’était pas décédé à cause de sa chute, mais bien suite aux morsures de ses rottweilers. Les mêmes chiens que les forces de l’ordre, arrivées sur place, avaient dû abattre après autorisation du parquet de Caen car ils étaient agressifs et les empêchaient de secourir leur propriétaire.

Blessures mortelles causées par ses chiens

D’après le quotidien, après que l’échelle s’est cassée sous la force du vent, l’homme a chuté et ses chiens se sont rués sur lui. La victime a été découverte à terre «mutilée au visage, au cou et aux bras», comme l’a précisé la procureure de la République de Caen, Carole Étienne.

«Ce sont ces blessures qui ont touché des artères qui ont causé la mort, selon le rapport d'autopsie, et non pas la chute de l'échelle», poursuivit le magistrat.

La source indique que l’épouse de la victime a fait euthanasier les deux autres rottweilers lundi 10 février. Choquée par les faits, elle devait être entendue jeudi 13 février par les gendarmes.

Lire aussi:

«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Affaire du braqueur tué: une soixantaine d’individus prennent d’assaut un hôtel de police à Marseille
Ce temple vieux de 3.000 ans découvert en Israël ne correspond pas aux textes bibliques – vidéo
Tags:
Calvados, décès, chiens, tempête, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook