France
URL courte
Propagation du coronavirus en France (341)
11237
S'abonner

Tandis que les services de réanimation sont débordés, des médecins qui travaillent sans relâche à l’hôpital de Mulhouse commencent à «craquer» face aux nombreux décès, au manque de lits et de respirateurs, indique le président du conseil régional du Grand Est au quotidien le Parisien. Par ailleurs, il pointe «la nonchalance française».

Revenant sur la situation épidémique dans la région du Grand Est, la plus touchée par le coronavirus en France, le président du conseil régional et docteur Jean Rottner fait état dans un entretien accordé au Parisien de la pénurie de lits et des conditions difficiles de travail dans les hôpitaux.

«À l'hôpital de Mulhouse, nous avons deux cents lits occupés par des malades du Covid-19. On a dû transformer des unités entières pour avoir de telles capacités d'accueil. Les services sont pleins», déplore-t-il.

Faute de place, 11 personnes ont été transférées dans «d’autres réanimations jusqu’à Nancy, qui se situe à plus de deux heures de route».

«Le personnel craque»

Comme «les réanimations sont saturées», des médecins peuvent être mobilisés «plusieurs heures d’affilée», c’est pourquoi «le personnel craque, peu à peu», explique le docteur.

Ils sont en service 24 heures sur 24 depuis trois semaines, et la pression émotionnelle est forte. Des médecins voient des patients âgés mourir en quelques heures:

«Je ne sais pas si vous mesurez ce que l’on vit ici», lance M.Rottner, expliquant qu’un ami médecin a pleuré «pendant 40 minutes au téléphone».

Concernant les besoins de l’établissement de santé, il cite «des respirateurs, [...] des hommes et des femmes capables de les faire fonctionner». De plus, il est nécessaire que les cliniques privées ouvrent leurs portes pour accueillir les patients. La promesse du Président français de faire installer un hôpital de campagne a été saluée par le médecin. Il reste encore à déterminer comment le dispositif fonctionnera.

Les Français toujours insouciants

Alors que le virus se propage et contamine de plus en plus de personnes, Jean Rottner estime qu’une grande partie de la population française fait preuve d’une absence totale de prise de conscience. Quand il entend certaines personnes dire «ce n’est pas grave, ça ne va pas m’arriver», il se dit «inquiet de cette nonchalance française».

Enfin, il insiste sur le fait que «le taux d’attaque de ce coronavirus est nettement supérieur à celui de la grippe» et que le fait de ne pas respecter les règles de distance sociale, «ce n’est pas faire le malin, c’est faire le con», condamne le président du conseil régional du Grand Est.

Avec un total de plus de 1.540 cas de personnes infectées au Covid-19 dans la région Grand Est, l’épidémie a éclaté dans le Haut-Rhin après un rassemblement évangélique. Au moins 688 individus ont été contaminés, dont 30 sont décédés.

Bilan en France

Après que le nouveau coronavirus a contaminé plus de 6.600 personnes et en a tuées 148, les mesures de confinement ont été mises en place ce 17 mars à midi, pour une durée de 15 jours, afin de réduire contacts et déplacements. Selon le ministre de l’Intérieur, il s’agit des «mesures les plus restrictives aujourd’hui en vigueur en Europe».

Les hôpitaux sous-équipés face au Covid-19
© Sputnik . Bruno Marty
Les hôpitaux sous-équipés face au Covid-19
Dossier:
Propagation du coronavirus en France (341)

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Sommet Poutine-Biden: l’adhésion au principe de tous perdants en cas de guerre nucléaire confirmée
Castex annonce la levée du couvre-feu et la fin du port du masque en extérieur
En continu: Joe Biden ne pense pas que Poutine «aspire à une guerre Froide avec les États-Unis»
Tags:
Haut-Rhin, Covid-19, médecine, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook