France
URL courte
17058
S'abonner

L'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été placée sous protection policière depuis un mois, a fait savoir Le Point, ajoutant qu’elle n’était pas «protégée en tant qu'ancienne ministre».

Menacée et harcelée notamment sur les réseaux sociaux pour sa gestion de la crise du Covid-19, l’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été placée sous protection policière depuis un mois, a fait savoir Le Point. Ainsi, deux policiers, dont l'un conduit le véhicule banalisé de la sous-direction des moyens mobiles du service de la protection (SDLP, ex-SPHP), la prennent en charge dans ses déplacements quotidiens.

«Elle n'est pas protégée en tant qu'ancienne ministre, car seuls les ex-ministres à des fonctions régaliennes peuvent prétendre à une protection onéreuse», a précisé une source au sein du SDLP citée par le magazine.

Le Point précise que l'ex-ministre aurait fait l'objet de menaces, bien que son entourage n’ait pas souhaité en préciser la nature. En outre, les attaques antisémites à son encontre et à l'encontre de son mari, le professeur Yves Lévy, qui avait été diffamé par des complotistes au prétexte d'un différend scientifique avec le professeur Didier Raoult, ont poussé à la décision d’assurer une protection à la ministre.

Le Point indiqué que, selon une source de la Place Beauvau, cette surveillance devrait prendre fin dès son retour à Paris.

La «mascarade» des élections

Agnès Buzyn a annoncé ce 26 mai le maintien de sa candidature pour LREM dans le cadre du second tour des municipales à Paris. Elle a déclaré être «pleinement déterminée à terminer cette campagne» lors d’une réunion avec les têtes de listes, a appris l’AFP auprès de plusieurs participants.

C’est l’ex-ministre qui avait dit avoir voulu «mettre fin à cette mascarade» des élections avant la tenue du premier tour.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Tags:
protection, harcèlement, La République en Marche! (LREM), Agnès Buzyn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook