France
URL courte
2813107
S'abonner

Pendant la manifestation pour Adama Traoré du 13 juin, un manifestant blanc a vociféré des insultes à l’encontre des militants de Génération identitaire sur une vidéo mise depuis en ligne. «Sales Blancs de merde», hurle l’individu.

Un manifestant antiraciste s’est mis à crier «sales Blancs de merde» à l’encontre de militants de Génération identitaire ayant déployé une banderole «Justice pour les victimes du racisme anti-blanc» sur le toit d’un bâtiment place de la République, lors de la manifestation contre le racisme et les violences policières organisée à l'initiative des proches d'Adama Traoré.

Une vidéo a été diffusée le 16 juin sur Twitter par le militant identitaire Damien Rieu.

​Sur la séquence, un homme coiffé d’un bandana, le cou entouré d’un keffieh, insulte à plusieurs reprises les militants identitaires de «connards» et de «sales merdes». Il finit par crier: «Sales Blancs de merde». 

«Sales juifs»

Dans une autre vidéo publiée par Valeurs actuelles le 13 juin, des cris de «sales juifs» ont été entendus pendant la même manifestation à l’apparition de la banderole «Justice pour les victimes du racisme anti-blanc».

Dans son tweet, la préfecture de police de Paris annonce que ces insultes ont été signalées à la justice.

Réagissant à la vidéo, Éric Ciotti, député Les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes, a dénoncé «les fausses manifestations antiracistes» qui sont de «vrais rassemblements haineux d’extrême gauche». D’après l'eurodéputé Rassemblement national (RN) Gilbert Collard, il s’agissait de la démonstration d’un «ignoble racisme» qui émerge parmi des manifestants se disant antiracistes.

Pour le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, le communiqué de la préfecture de police «incite à la haine en colportant des ragots antisémites». Le député y voit des «méthodes indignes pour diviser, semer la haine et défigurer la marche» de samedi, qu'il qualifie par ailleurs de «pacifique».

Tensions entre forces de l’ordre et manifestants

Le rassemblement parisien non autorisé en raison de l’état d’urgence sanitaire a réuni 15.000 personnes, selon la police. Il a été émaillé de tensions entre forces de l’ordre et manifestants. Ces derniers ont jeté des bouteilles et des pierres en direction des policiers, et ceux-ci ont riposté avec des grenades lacrymogènes.

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
«Deuxième vague» de coronavirus: réalité ou psychose?
Tags:
violences policières, antiracisme, manifestation, Adama Traoré
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook