France
URL courte
11162
S'abonner

L’ex-procureur du parquet national financier, Éliane Houlette, a déclaré avoir fait l’objet de «pressions» venant du parquet général lorsqu’elle était chargée de l’affaire Fillon, a rapporté Le Point. Celui-ci faisait de très nombreuses demandes sur les investigations en cours.

Mercredi 10 juin, l’ancienne magistrate Éliane Houlette a été auditionnée dans le cadre de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale consacrée aux «obstacles à l’indépendance du pouvoir judiciaire». Elle y a dénoncé des «pressions» de la part du parquet général lorsqu’elle était à la tête du parquet national financier (PNF) et menait les investigations sur l’affaire Fillon en février 2017, a révélé Le Point.

Elle reproche à celui-ci d’avoir exigé de nombreuses fois des remontées d’informations, souvent avec des délais très courts.

«Les demandes de précisions, de chronologie générale – tout ça à deux ou trois jours d'intervalle –, les demandes d'éléments sur les auditions, les demandes de notes des conseils des mis en cause […] On ne peut que se poser des questions. C’est un contrôle très étroit», s’est plaint l’ex-procureur.

«J'ai gardé toutes les demandes, elles sont d'un degré de précision ahurissante […] Je les ai ressenties comme une énorme pression», a-t-elle confié.

Ouverture d’une information judiciaire

Ce même parquet lui avait également demandé de «changer de voie procédurale» contre M. Fillon, à savoir d’ouvrir une information judiciaire. Les investigations avaient jusque-là lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire. Dans un premier temps, elle a résisté à la pression, mais a fini par y céder. Elle assure toutefois avoir pris cette décision car elle était convaincue que c’était la bonne chose à faire.

Autre fait souligné par l’ex-procureur: le Parlement a voté une réforme de la prescription pénale en février 2017, en pleine affaire Fillon. Une loi qui interdit le PNF d’enquêter sur des faits qui remontent à plus de douze ans, ce qui est curieusement favorable à l’ancien Premier ministre. Mme Houlette annonce alors l’ouverture d’une information judiciaire par l’adoption de cette réforme. Le parquet général a tenté de s’y opposer, en vain.

«Je n'ai pas eu le sentiment que nous faisions cause commune», a-t-elle conclu.

Toujours selon les informations du Point, les magistrats, quant à eux, critiquent le PNF qui peine à «s'insérer, toutes ces années, dans une organisation hiérarchisée» alors qu’il est légalement soumis au parquet général.

Lire aussi:

L'Armée nationale libyenne d'Haftar proclame zone militaire la frontière entre la Libye et l'Algérie
Un important incendie suivi de déflagrations dans le centre de Moscou - vidéos
«On aurait dit une guerre civile»: des fêtards en Bretagne reviennent sur la nuit d’affrontements avec la gendarmerie
Le Drian assure sans plaisanter envisager une frappe nucléaire russe sur l’Europe
Tags:
Assemblée nationale, affaires, enquête, pressions, Le parquet national financier (PNF), François Fillon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook