France
URL courte
11162
S'abonner

L’ex-procureur du parquet national financier, Éliane Houlette, a déclaré avoir fait l’objet de «pressions» venant du parquet général lorsqu’elle était chargée de l’affaire Fillon, a rapporté Le Point. Celui-ci faisait de très nombreuses demandes sur les investigations en cours.

Mercredi 10 juin, l’ancienne magistrate Éliane Houlette a été auditionnée dans le cadre de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale consacrée aux «obstacles à l’indépendance du pouvoir judiciaire». Elle y a dénoncé des «pressions» de la part du parquet général lorsqu’elle était à la tête du parquet national financier (PNF) et menait les investigations sur l’affaire Fillon en février 2017, a révélé Le Point.

Elle reproche à celui-ci d’avoir exigé de nombreuses fois des remontées d’informations, souvent avec des délais très courts.

«Les demandes de précisions, de chronologie générale – tout ça à deux ou trois jours d'intervalle –, les demandes d'éléments sur les auditions, les demandes de notes des conseils des mis en cause […] On ne peut que se poser des questions. C’est un contrôle très étroit», s’est plaint l’ex-procureur.

«J'ai gardé toutes les demandes, elles sont d'un degré de précision ahurissante […] Je les ai ressenties comme une énorme pression», a-t-elle confié.

Ouverture d’une information judiciaire

Ce même parquet lui avait également demandé de «changer de voie procédurale» contre M. Fillon, à savoir d’ouvrir une information judiciaire. Les investigations avaient jusque-là lieu dans le cadre d'une enquête préliminaire. Dans un premier temps, elle a résisté à la pression, mais a fini par y céder. Elle assure toutefois avoir pris cette décision car elle était convaincue que c’était la bonne chose à faire.

Autre fait souligné par l’ex-procureur: le Parlement a voté une réforme de la prescription pénale en février 2017, en pleine affaire Fillon. Une loi qui interdit le PNF d’enquêter sur des faits qui remontent à plus de douze ans, ce qui est curieusement favorable à l’ancien Premier ministre. Mme Houlette annonce alors l’ouverture d’une information judiciaire par l’adoption de cette réforme. Le parquet général a tenté de s’y opposer, en vain.

«Je n'ai pas eu le sentiment que nous faisions cause commune», a-t-elle conclu.

Toujours selon les informations du Point, les magistrats, quant à eux, critiquent le PNF qui peine à «s'insérer, toutes ces années, dans une organisation hiérarchisée» alors qu’il est légalement soumis au parquet général.

Lire aussi:

Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Cette photo de Bernie Sanders lors de l’investiture de Joe Biden fait le bonheur des réseaux sociaux
Tags:
Assemblée nationale, affaires, enquête, pressions, Le parquet national financier (PNF), François Fillon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook