France
URL courte
142363
S'abonner

Interpellée par un agent pour avoir tagué une voiture de police à Paris, une femme a sorti un couteau et menacé le fonctionnaire qui a réussi à la maîtriser, a fait savoir Actu17.

C’est en arrivant dans un commissariat de Paris qu’un policier a aperçu une femme en train de dégrader une voiture de police stationnée à côté en y faisant une inscription au feutre.

Elle a écrit «À mort les flics» en encadrant la phrase de deux croix gammées et a ajouté à la fin ACAB (soit «All cops are bastards», ce qui signifie «Tous les flics sont des bâtards»).

L’homme a réagi instantanément et a arrêté l’inconnue, selon une source policière citée par Actu17. Mais alors qu’elle était conduite au commissariat, elle a tout à coup sorti un couteau qu’elle portait visiblement sur elle. Le policier a précisé que la femme a montré l’intention de s’en servir et qu’il a été contraint de la plaquer au sol pour la maîtriser et lui faire lâcher l’arme.

Placée en garde à vue

Les policiers du commissariat sont rapidement venus à sa rescousse et se sont saisis du couteau. Aucun n’a été blessé au cours de cette interpellation.

«La haine anti-flics n’est plus un complexe pour certains ou certaines qui n’hésitent pas à venir l’inscrire sur des véhicules administratifs devant un commissariat!», a constaté le syndicat Alliance-Police Nationale de Paris.

La mise en cause a été placée en garde à vue et une enquête a été ouverte. Ses motivations restent pour le moment inconnues. Un examen de comportement a révélé qu’il n’y avait rien d’anormal concernant sa santé mentale, conclut Actu17.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Pourquoi l’Iran ne réagit-il pas face aux attaques attribuées à Israël?
Tags:
enquête, interpellation, arme blanche, police, véhicule
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook