France
URL courte
3327173
S'abonner

S’étant présenté sans étiquette, Abdelaziz Hamida a été élu nouvel édile de Goussainville lors du second tour des municipales, dimanche 28 juin. Après sa victoire, il a de nouveau dénoncé comme étant sans fondement les informations de L’Express selon lesquelles il faisait objet d’une fiche S pour islamisme radical.

Abdelaziz Hamida, que L’Express a soupçonné en septembre 2019 d'être fiché S pour islamisme radical, a remporté dimanche 28 juin le second tour des municipales à Goussainville.

L’hebdomadaire avait alors écrit que M.Hamida avait éveillé l'attention des services de renseignement en étant proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, organisation responsable du départ de plusieurs jeunes Français pour la Syrie et l'Irak en 2014-2015.

Face à ses accusations qu’il a qualifiées, suite à la parution de l’article, de «mensongères», Hamida a saisi la justice et le ministre de l'Intérieur afin que «toute la lumière soit faite sur cette sombre affaire».

Le nouveau maire commente l’affaire

S’exprimant à l’issue de sa victoire pour la chaîne ViàGrandParis, M.Hamida a rappelé que l’affaire était devant la justice, à laquelle il faisait «entièrement confiance» et qu’elle serait jugée en septembre 2020.

«Je pense qu’il n’y a aucun fondement, c’est clair», a-t-il ajouté commentant les affirmations de L’Express.

Abdelaziz Hamida a obtenu 38,58% des votes et ainsi a battu le maire sortant Alain Louis (32,85%) et l’ex-maire Élisabeth Hermanville (28,56%).

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Tags:
islamisme, France, Goussainville
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook