France
URL courte
13329
S'abonner

Christian Estrosi, maire de Nice, a été pris à partie et visé par un projectile lors de son déplacement dans un quartier sensible où une fusillade a eu lieu le 20 juillet, indique BFM TV. Peu après, il a déclaré que «la police ne va plus rien lâcher» afin de lutter contre le trafic de drogue dans ce quartier.

Lors de sa visite surprise sur les lieux d’une récente fusillade, le maire de Nice a été verbalement attaqué par des habitants du quartier, rapporte BFM TV.

Deux jours après que des tirs ont retenti dans le quartier des Moulins de Nice, connu pour des faits liés au trafic de drogue, l’édile de la ville Christian Estrosi et le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez s’y sont rendus dans la soirée du 22 juillet.

Le dialogue entre les habitants et les fonctionnaires a dégénéré, ce qui a poussé ces derniers à quitter les lieux sous les insultes. Un projectile a été tiré en direction du maire et de son équipe, escortés par quatre camions de CRS, précise la chaîne d’information.

La police «ne lâchera plus rien»

Pour M.Estrosi, il s’agit de «gens qui sont en colère de nous voir là, qui sont en colère d’être dérangés, qui sont en colère de comprendre ce qu’il est en train de se passer, à savoir que la police ne va plus rien lâcher».

Il a ainsi promis de ne rien lâcher «jusqu’à ce que le dernier dealer ait encore le sentiment d’être libre de faire son marché ici».

Auparavant, le maire de Nice avait demandé auprès du gouvernement des moyens supplémentaires pour rétablir l’ordre. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a accepté la demande et a ordonné d’envoyer une soixantaine de CRS en renfort.

Suite à la fusillade qui a éclaté en plein jour le 20 juillet et qui n’a fait aucun blessé, une enquête pour «tentative d’homicide» a été ouverte. La police judiciaire de Nice s’en charge pour identifier les personnes impliquées. Il s’agit de la troisième fusillade depuis le début du mois.

Lire aussi:

«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Fraude sociale: les milliards perdus de la Sécu
Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Tags:
projectiles, police, Nice, fusillade, Christian Estrosi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook