France
URL courte
5352135
S'abonner

Alors qu’un homme se trouvait dans l’ascenseur d’un immeuble à Paris, il a été pris à partie par deux individus. Il a rapporté avoir été insulté, traité de «sale juif, sale race» puis avoir reçu des coups, relate l’AFP. Il a porté plainte.

Un homme a porté plainte pour une agression antisémite violente le 6 août à Paris qui l'a laissé inconscient dans un immeuble, rapporte l’AFP en se référant à une source policière.

Insulté, roué de coups

Ce père de famille, qui allait chercher sa fille de sept mois au domicile de ses parents dans l'est de la capitale, raconte avoir été pris à partie par deux hommes alors qu'il se trouvait dans l'ascenseur, a expliqué une source policière confirmant une information du Parisien.

Il a rapporté avoir été insulté, traité de «sale juif, sale race» puis avoir reçu des coups.

«Il dit s'être fait étrangler à plusieurs reprises puis a été poussé dans les escaliers et a perdu connaissance», a poursuivi la même source, précisant que l'homme s'était vu prescrire une incapacité totale de travail n'excédant pas huit jours.

C'est le père du jeune homme qui l'a découvert dans la cage d'escalier, s'inquiétant de ne pas le voir arriver.

Sa montre volée

Les agresseurs ont également volé sa montre Rolex d'une valeur de 10.000 euros, selon la source policière.

«Nous demandons aux services de police chargés de l'enquête de tout mettre en oeuvre (traces papillaires, tests ADN, vidéos surveillance, etc) pour identifier les agresseurs et les interpeller», a déclaré le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) dans un communiqué, indiquant se constituer partie civile.

Lire aussi:

Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Tags:
agression, immeuble, ascenseur, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook