France
URL courte
Par
4915820
S'abonner

Après avoir provoqué la polémique et la colère du syndicat Alliance police nationale, la fresque dénonçant le racisme et les violences policières peinte en juin en Seine-Saint-Denis en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été recouverte le 25 septembre.

La fresque polémique représentant les portraits de George Floyd et Adama Traoré, tués à cause de leur arrestation, a été entièrement recouverte le 25 septembre à Stains, en Seine-Saint-Denis, rapporte le syndicat Alliance 93 sur sa page Facebook.

Ce dessin, réalisé par un collectif d’artistes locaux, avait été inauguré par le maire PCF de Stains, Azzedine Taïbi, à la fin du mois de juin pour dénoncer «le racisme et les violences policières».

«Stigmatisation des forces de l’ordre»

La fresque avait alors provoqué l’ire du syndicat policier Alliance en raison de l’inscription «contre le racisme et les violences policières». L’organisation avait rapidement demandé, sur sa page Facebook, que «cette phrase soit repeinte ou supprimée car elle stigmatise la police républicaine».

Début juillet, le maire Azzedine Taïbi avait été mis en demeure par le préfet de Seine-Saint-Denis d’effacer la fresque après avoir reçu des représentants du syndicat Alliance.

Alliance avait ensuite organisé un rassemblement devant la préfecture.  

«Alliance 93 est parvenu à rétablir l’honneur des policiers malgré les menaces et le déferlement de haine à notre encontre sur les réseaux sociaux», a écrit l’organisation syndicale dans une publication sur Twitter. «Notre rassemblement sur le parvis de la préfecture de Bobigny (…) et notre audience auprès du préfet de la Seine-Saint-Denis auront permis d’obtenir justice pour les policiers».

Dégradations de la fresque

Dans la nuit du 4 au 5 juillet, le dessin mural avait été vandalisé par le leader du mouvement patriotique «Les Nationalistes», Yvan Benedetti, qui a revendiqué cet acte.

​L'Afro-Américain George Floyd est mort lors de son interpellation à Minneapolis, aux États-Unis, en mai 2020 et Adama Traoré en juillet 2016 après son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise, dans le Val-d'Oise.

Lire aussi:

Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Erdogan appelle les Turcs à boycotter les produits français et assure que Macron doit aller chez le psychiatre
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
hommage, Alliance Police nationale, violences policières, indignation, police, fresques, racisme, Adama Traoré, George Floyd, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook