France
URL courte
Par
42206
S'abonner

La crise sanitaire a eu un impact sur l’économie de la capitale, où le chômage a augmenté de 20%, a déclaré Anne Hidalgo dans un entretien au Parisien. L’édile dit également comprendre le ras-le-bol autour du port obligatoire du masque et critique la stratégie du gouvernement concernant les tests.

Dans un entretien au Parisien, Anne Hidalgo est revenue sur la situation économique à Paris pendant la pandémie, assurant que le chômage y avait augmenté de 20%. 

Parlant d’«indicateurs inquiétants», l’édile explique aussi avoir constaté une hausse des allocataires du RSA et se dit pessimiste quant à l’avenir.

En matière de tourisme, l’élue parisienne souligne encore que très peu de touristes internationaux avaient fait leur retour dans la capitale, où plus de 50% des hôtels étaient fermés cet été.

Anne Hidalgo, qui se désole que la dynamique économique ait «été stoppée net» à Paris, a par ailleurs critiqué le plan de relance du gouvernement, pas assez tourné vers les collectivités, selon elle.

«Au total, la Ville a consacré 200 millions d'euros d'aides directes en 2020 pour compenser les effets de la crise. Mais notre budget n'est pas comme celui de l'État, nous ne pouvons pas laisser filer le déficit. Or, le plan de relance n'est pas du tout tourné vers l'accompagnement des collectivités», a-t-elle déclaré au Parisien.

Une «bureaucratie absolument terrifiante»

Concernant le port obligatoire du masque, l’élue parisienne dit comprendre qu’un certain «ras-le-bol» puisse voir le jour. 

Anne Hidalgo appelle les pouvoirs publics «à fixer des horizons raisonnables» sur cette question et à avoir recourt à «la responsabilité individuelle plutôt qu'à des interdictions généralisées».

L’édile a également critiqué la gestion gouvernementale relative aux tests, estimant que les laboratoires avaient été «débordés» par la demande. La maire regrette notamment que les tests antigéniques, qui permettent de détecter le virus en 30 minutes, n’aient pas encore été mis en place. L’élue dénonce une «bureaucratie absolument terrifiante» sur ce sujet.

Anne Hidalgo a enfin réaffirmé être défavorable à la fermeture des restaurants dans la capitale et a annoncé le prolongement de l’autorisation des terrasses éphémères jusqu’en juin 2021.

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Tags:
masques, tourisme, Covid-19, Paris, Anne Hidalgo
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook