France
URL courte
Par
9272
S'abonner

La pandémie semble avoir perturbé la vision qu’ont les infirmiers de leur profession, selon un récent sondage relayé par Le Parisien. 40% d’entre eux seraient ainsi prêts à changer de métier, dans le sillage de la crise sanitaire. L’épidémie n’a fait qu’aggraver une lassitude déjà bien présente.

Les infirmiers s’interrogent sur leur métier depuis le début de la pandémie et plus de 40% d’entre eux seraient prêts à rendre leur blouse, selon une consultation réalisée par l'Ordre des infirmiers relayée par Le Parisien. Les résultats de cette enquête, réalisée auprès de 60.000 professionnels, inquiètent les autorités sanitaires.

«Ce chiffre est important, voilà pourquoi on lance l'alerte. On observe un mal-être croissant en à peine six mois», explique ainsi au Parisien Patrick Chamboredon, président de l’Ordre des infirmiers.

Un mal-être lié en partie aux conditions de travail, puisque près de deux tiers des infirmiers estiment qu’elles se sont dégradées ces derniers mois. Outre l’augmentation de la charge de travail, beaucoup pointent du doigt un manque de reconnaissance et des salaires trop bas.

De l’épuisement au burn-out

La colère des soignants s’était déjà manifestée avant la crise sanitaire, parfois dans la rue, mais la pandémie a nettement aggravée la situation, à en croire la consultation de l’Ordre des infirmiers. Alors que 33% des professionnels interrogés disaient être dans un état d’épuisement professionnel avant l’épidémie; ils sont désormais 57% à se considérer en burn-out.

La question des congés est également au centre des préoccupations, alors que l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a récemment encouragé ses personnels à ne pas prendre de vacances pour la Toussaint. Une situation que connaissent déjà certains infirmiers, puisqu’ un sur cinq déclare ne pas avoir pris de vacances depuis le mois de mars.

«Ne pas voir le bout du tunnel, lorsqu'on est en première ligne, c'est très compliqué. Tout le monde se pose la même question: quand est-ce que ça va s'arrêter?», confie encore Patrick Chamboredon au Parisien.

Plusieurs syndicats ont appelé les hospitaliers à une journée de mobilisation jeudi 15 octobre, pour réclamer une hausse des salaires et des embauches massives.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
hôpital, soignants, Covid-19, infirmier
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook