France
URL courte
Par
8653
S'abonner

Profondément indignée, une mère de famille a posté la vidéo de son fils en larmes après qu’une animatrice l’a traité de «moche». La mairie a affirmé qu'une enquête interne avait été ouverte, indique France 3.

Une vidéo mise en ligne par une mère de famille a fait le tour des réseaux sociaux et suscité une vive réaction. Le petit garçon, tout en pleurs, y explique avoir subi des moqueries de la part d’une animatrice du centre aéré d’Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône.

Ainsi, l’animatrice a traité l’enfant de «moche». Avant d’enfoncer le clou et d’affirmer que sa mère lui mentait en lui disant qu’il était beau.

Selon France 3, la maman a demandé l’accord de son fils pour poster la vidéo afin d’alerter sur cette situation.

La mairie réagit

Le lendemain, un participant de l'émission Koh-Lanta partage à son tour l'histoire sur les réseaux sociaux et appelle l'école où se trouve le centre à accélérer l’examen de la demande de la maman qui a dit attendre «des réponses et un rendez-vous avec la mairie», sinon elle ira porter plainte.

Dix minutes plus tard, elle reçoit un appel du Pôle enfance de la ville.

«On m'a dit que si je n'avais pas publié cette vidéo, on m'aurait quand même appelée pour prendre rendez-vous. Peut-être que c'est vrai, je ne sais pas», note la mère, citée par France 3.

Le service de la mairie l’a informée que les cinq animatrices du centre avaient été mises à pied le temps d'une enquête interne. Lorsque la coupable aura été retrouvée, elle sera licenciée pour faute grave, a-t-il été affirmé.

Pour ce qui est de l’enfant, sa mère affirme qu’il va mieux et qu’il a reçu de nombreux messages de soutien.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Attaque à Nice: un deuxième homme qui a été en contact avec le tueur placé en garde à vue
Tags:
Bouches-du-Rhône, enquête, larmes, vidéo, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook