France
URL courte
Par
Enseignant décapité en région parisienne (102)
2118112
S'abonner

Selon des informations de BFM TV, le terroriste qui a décapité le professeur Samuel Paty a acheté son arme en se promenant la veille à Rouen. Il aurait dit vouloir l'offrir à «son grand-père» comme «souvenir».

De nouveaux détails sont venus préciser le parcours du terroriste de Conflans avant l'attentat. Selon BFM TV, à la veille du crime, il était à Rouen avec deux de ses amis.

Comme le relate la chaîne se référant au père de l'une des personnes qui accompagnait l'assaillant, Abdoullakh Anzorov a visité le 15 octobre un magasin qui vend des couteaux et a dit «vouloir en acheter un pour l'offrir à "son grand-père", comme "souvenir"». Plus tard dans la journée, Anzorov a déballé la boîte devant ses amis afin, comme ce dernier l’a prétendu, de «vérifier l'état du couteau».

Vendredi, un ami d'Abdoullakh Anzorov l'a conduit à Conflans-Sainte-Honorine où il résidait.

Toujours selon ce père, lorsqu'il a entendu son fils lui raconter cette histoire le soir de l'assassinat, il lui a conseillé de se rendre au commissariat pour en parler.

Le déroulement des événements juste avant le meurtre

Le déroulement des événements avant le meurtre de l’enseignant Samuel Paty a été raconté aux enquêteurs par l’un des collégiens qui ont désigné l’homme à son assassin contre de l’argent, rapporte BFM TV. Un adolescent, le premier à qui Abdoullakh Anzorov a demandé des renseignements, a affirmé aux forces de l’ordre que l’homme lui avait proposé 300 euros pour qu’il lui désigne l’enseignant.

L’élève avait alors approché d’autres jeunes pour trouver le professeur. Cinq garçons ont pris position en face de l’établissement, attendant jusqu’à ce que le professeur sorte du collège. Selon BFM TV, il reste difficile de déterminer lequel d’entre eux a vu le premier Samuel Paty et l’a désigné à son futur assassin.

Enseignant décapité pour de simples caricatures

Le 16 octobre, Samuel Paty, professeur de 47 ans, a été retrouvé vers 17h, décapité, non loin de son collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Il a été tué pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de ses cours sur la laïcité et la liberté d’expression.

Le terroriste, d’origine tchétchène, a été neutralisé par les forces de l’ordre par plusieurs coups de feu et a succombé à ses blessures.

Dans le cadre de l’enquête, 15 personnes, dont quatre collégiens, sont actuellement en garde à vue.

Dossier:
Enseignant décapité en région parisienne (102)

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
Conflans-Sainte-Honorine, attaque au couteau, arme blanche, décapitation, Samuel Paty, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook