France
URL courte
Par
Controverse autour de la loi «Sécurité globale» (36)
199818
S'abonner

La loi relative à la sécurité globale inquiète. Le texte prévoit de sanctionner toute personne qui filme et diffuse des images de forces de l’ordre et impose de flouter les visages des policiers. Des associations, des collectifs et syndicats dénoncent une atteinte à la liberté d’informer et demandent son retrait.

La proposition de loi relative à la «sécurité globale» fait polémique.

L’article 24 punit d’un an d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende la diffusion de «l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un fonctionnaire de la police nationale ou d’un militaire de la gendarmerie nationale lorsqu’il agit dans le cadre d’une opération de police.»

Depuis, des protestations se font entendre du côté des journalistes, qui dénoncent une atteinte à la liberté de la presse et d’informer et demandent le retrait de l’article:

«Cela doit être un droit, c’est une garantie démocratique de faire en sorte que la police puisse rendent des comptes, nous sommes aussi pour une identification stricte des policiers sauf certaines catégories de police très spécifique», plaide Ricardo Gutiérrez, Secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, au micro de Sputnik.

La loi sera débattue à l’Assemblée nationale du 17 au 20 novembre prochain.

Dossier:
Controverse autour de la loi «Sécurité globale» (36)

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
Tags:
loi, sécurité, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook