France
URL courte
Par
5717511
S'abonner

Henri Guaino consacre un livre à l’héritage politique du général de Gaulle, cinquante ans après sa disparition. Le bilan que tire l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy est sans appel: non seulement aucun homme politique ne s’est élevé à son niveau, mais pire, la France a été minutieusement saccagée par ses continuateurs. Entretien.

C’est presque devenu un lieu commun dans la vie politique française: de La France insoumise au Rassemblement national en passant par les écologistes, tout le monde se dit «gaulliste». Un peu par facilité, un peu par commodité, enfin un peu par opportunisme politique, aussi. Pourtant, le fondateur de la cinquième République n’a laissé aucune doctrine ni aucun catéchisme politique. Bien malin d’ailleurs celui qui serait capable de deviner quelles auraient été les intentions du général dans les circonstances actuelles.

Pour Henri Guaino, conseiller spécial de la présidence de Nicolas Sarkozy de 2007 à 2012 et ancien député, le gaullisme se définit avant tout comme un état d’esprit et comme une volonté: celle de mettre les intérêts de la France au-dessus de tous les autres. Le constat de l’auteur de De Gaulle: le nom de tout ce qui nous manque (Éd. du Rocher) est sans appel: la classe politique dans sa quasi-totalité a dilapidé l’héritage politique du gaullisme. Pour le pire.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
«Une catastrophe»: Michel Cymes sur la suspension des activités physiques des enfants pendant la pandémie
Tags:
Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy, Charles de Gaulle, Henri Guaino
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook