France
URL courte
Par
1553
S'abonner

Des manifestants se sont rassemblés devant l’hôpital l’Archet à Nice ce samedi à l’occasion de la venue d’Olivier Véran. Ils voulaient dénoncer «la casse» de l’hôpital, comme le relate Nice-Matin.

Vers 10h du matin, ce 20 février, une soixantaine de personnes ont manifesté contre le ministre de la Santé en visite à Nice pour étudier la situation «inquiétante» dans le département des Alpes-Maritimes et annoncer les mesures sanitaires à venir.

«Beaucoup sont venus dénoncer un paradoxe: la "casse" de l’hôpital, en pleine pandémie», écrit le média.

Les participants

Parmi les manifestants, selon Nice-Matin, des syndicalistes, des Gilets jaunes, des défenseurs «des libertés fondamentales», des mamans anti-masques et «des soignants ayant profité d’un break dans leur journée». Ils se sont rassemblés devant l’hôpital l’Archet de Nice, où s’est rendu le ministre.

«Véran démission!», ont-ils crié, surveillés par une vingtaine de policiers.

«Si l’épidémie continue, on n’est plus en capacité de faire face à un nouveau pic», a déclaré au journal Gérard Ré, secrétaire général de la CGT dans les Alpes-Maritimes.

Des membres du Parti ouvrier indépendant présents au rassemblement ont accusé le ministre d’être au service de «la direction mercantile» ou de Sanofi: «Tous les hommes politiques se plaignent qu’on ne peut pas vacciner, mais ce sont eux qui ont supprimé tous les lits d’hôpitaux.» 

Un aide-soignant travaillant à l’Archet depuis 13 ans a raconté au journal les «dépassements de fonction» du personnel au quotidien et son usure physique. 

«On déshabille Pierre pour habiller Paul, mais il n’y a pas de recrutement. On dit simplement aux gens de faire attention: oui, il faut de la bonne gestion, mais l’hôpital n’est pas un bien comme un autre. On ne doit pas compter que sur l’argent», a-t-il déclaré.

Annonces de Véran

Le ministre de la Santé a demandé samedi au préfet et aux élus des Alpes-Maritimes de prendre d'ici à dimanche soir des «mesures complémentaires», comme un renforcement du couvre-feu ou un «confinement partiel ou total», afin de faire face à la flambée du Covid-19, notamment au vu de nombreux cas du variant britannique dans le département.

Lire aussi:

Attention à une escroquerie avec le permis de conduire qui se répand 
Une rave party de plus de 1.000 fêtards dégénère à Redon: un homme perd sa main - images
Financement libyen: après avoir violé son contrôle judiciaire, Mimi Marchand incarcérée
Tags:
manifestation, hôpital, Nice, Olivier Véran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook