France
URL courte
Par
141148
S'abonner

Suite au ralentissement de la circulation du Covid-19 dans certaines régions françaises, des autorités locales ont décidé d’assouplir le port du masque en extérieur, comme dans la Creuse et plusieurs communes de Charente-Maritime à compter du 20 mai.

Alors que la France s’apprête à vivre une nouvelle étape du déconfinement qui aura lieu le 19 mai et rapprochera le pays un peu plus d’un retour à la vie normale, les habitants de la Creuse pourront ne pas porter le masque lorsqu’ils se trouvent seuls ou en famille dans une rue peu fréquentée, selon la préfète Virginie Darpheuille qui l’a affirmé sur France Bleu. Il a été décidé d’assouplir la mesure, car le taux d’incidence dans la région s’établit à 56,7 pour 100.000 habitants, en mettant de ce fait la Creuse dans le vert.

Les habitants de ce département ne sont pas les seuls chanceux à qui il sera permis de ne pas mettre de masque en extérieur à compter de cette semaine.

Alors que la Charente-Maritime elle aussi fait partie des régions françaises dont le taux d’incidence est considéré comme bas, 40,7 pour 100.000 habitants, alors que cet indicateur s’établit à 104 au niveau national, les autorités locales ont également pris la décision d’assouplir les règles du port du masque obligatoire. Pourtant, il ne s’agit pas de tout le département, mais que de certaines communes, dont, par exemple, Saint-Jean-d’Angély ou Royan.

Auparavant, les autorités du département des Alpes-Maritimes avaient déjà décidé que le port du masque n’était plus obligatoire sur les plages, ainsi que dans les parcs et jardins. Il reste cependant obligatoire dans les rues, les marchés ouverts et les places publiques.

La préfecture de l'Ardèche, qui avait d’abord aussi pensé assouplir le port du masque, a reporté, mardi soir, cet assouplissement dans l'espace public qu'elle avait annoncé plus tôt dans la journée, dans un souci d'harmonisation entre les départements, a-t-il été expliqué. En Ardèche, le taux d'incidence du coronavirus est de 82,5 pour 100.000 habitants et le taux de positivité atteint 3,9%.

Olivier Véran interrogé sur le sujet du masque

Tandis que la France fait des pas en direction du déconfinement et retourne petit à petit à la vie normale avec la réouverture progressive des différents lieux et la levée des restrictions, les autorités ne se précipitent pas pour abolir le port obligatoire du masque. Interrogé sur cette question, le ministre de la Santé, invité sur Europe 1, a indiqué qu’il espérait que la levée du port du masque obligatoire arriverait cet été en France. Néanmoins, il a précisé qu’elle ne serait introduite que quand «suffisamment de Français vont être vaccinés, on pourra envisager de baisser la garde».

Une amende pour le non-respect

Presque partout dans l'Hexagone, le non-respect de l'obligation de porter le masque, qui a été introduite dans le pays en mars 2020, est puni d'une amende de 135 euros. Elle passe à 200 euros en cas de récidive dans les 15 jours et, après trois infractions dans le mois, le contrevenant risque une condamnation à six mois de prison et 3.750 euros d'amende.

Lire aussi:

Une personne vaccinée peut-elle être considérée comme cas contact?
Découverte d’un charnier au Canada: qui étaient ces enfants victimes de la mission civilisatrice imposée par l’Occident?
Président «jupitérien»: «Macron s’est trompé d’époque, il en subit les conséquences» - vidéo
D’un seul geste Cristiano Ronaldo fait perdre quatre milliards de dollars à Coca-Cola
Tags:
masques, santé, Covid-19, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook