Ecoutez Radio Sputnik
    Le lac Balaton (image d'illustration)

    Un nuage qui rappelle un champignon atomique surplombe un lac en Hongrie – vidéo

    CC0 / Sztrapacska74
    Insolite
    URL courte
    1113
    S'abonner

    Des images d’un phénomène météorologique appelé «rafale descendante humide», dont la forme fait penser à un nuage qui apparaît après une explosion nucléaire, ont été publiées sur les réseaux sociaux. Bien que son apparence menaçante soit trompeuse, ce type de nuage constitue tout de meme un certain danger.

    La nature prend parfois des formes insolites qui peuvent faire allusion à des choses bien réelles grâce à la riche imagination. C’est le cas de ce nuage filmé le 16 août au-dessus du lac Balaton, dans l’ouest de la Hongrie, relate le quotidien britannique Evening Standard.

    ​Des images postées sur les réseaux sociaux montrent un grand nuage — semblable à celui qui se forme après l’explosion d’une bombe atomique — dominer l’étendue d’eau. Ce phénomène spectaculaire est appelé «rafale descendante humide», ou «wet downburst» en anglais, et consiste en la formation de turbulences et de vents violents provoqués par la descente et l’écrasement d’un courant d’air intense sur la surface.

    Orné d’un arc-en-ciel

    De plus, dans la vidéo, une partie du «champignon aérien» se mélange à une averse éclairée par un rayon du soleil, entraînant ainsi la formation d’un arc-en-ciel à la surface de l’eau, précise le quotidien.

    «Il y avait des gens qui nageaient à ce moment-là. C'était spectaculaire. Je n'ai jamais rien vu de tel auparavant», a déclaré l’un des témoins, la cinéaste Gregor Alexandranak.

    Beau, mais dangereux

    Même si ce phénomène météorologique ne dure que quelques minutes et s’avère différent des tornades auxquelles il est souvent associé, il peut être dangereux pour les avions qui passent à travers les rafales descendantes humides, prévient le Evening Standard.

    Tags:
    Hongrie, lacs, explosion nucléaire, nuages
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik