Insolite
URL courte
2248
S'abonner

Des chercheurs d’une ONG marine ont pris en photo un requin d’environ quatre mètres de long présentant à la tête deux grosses morsures. Des blessures qui ont probablement été infligées dans un violent combat pour une femelle, estiment les spécialistes.

Une équipe de chercheurs d’Ocearch, une ONG qui étudie les animaux marins, a diffusé la photo d’un grand requin blanc présentant des traces de morsures apparemment laissées par un poisson encore plus gros, relate le magazine Newsweek.

Le squale, prénommé Vimy, a été capturé dans l’océan Atlantique, entre la Pennsylvanie et le Connecticut, au nord-est des États-Unis. L’animal d’une longueur de 3,9 mètres et pesant 530 kilogrammes a été étiqueté et relâché dans la nature.

L’image prise lors d'une expédition le 4 octobre montre Vimy avec deux morsures sur la tête. Tandis que l’une semble «assez bien cicatrisée», «l'autre est très fraîche», indique Ocearch.

«Les requins blancs vivent dans un monde difficile. Besoin d'une preuve? Regardez la tête du requin blanc Vimy», a écrit le groupe sur son compte Facebook en légende de la photo.

À en juger par les marques de dents, le rival du requin était au moins 60 centimètres plus gros que lui, estiment les chercheurs. Ils pensent que l’animal a pu être blessé par un autre mâle dans un combat pour une femelle.

«On sait que l'accouplement des requins est très violent. Les requins se mordent la tête, ce n’est pas nouveau. C’est une partie de leur vie de tous les jours», indique Ocearch. Les chercheurs n’excluent pas non plus que Vimy ait été attaqué lorsqu’il a interrompu un autre requin qui dévorait un phoque.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Discours de Vladimir Poutine: «les Occidentaux ont tendance à réagir un peu comme des enfants frustrés»
Tags:
Atlantique, animaux, morsure, blessure, requins
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook