Insolite
URL courte
0 141
S'abonner

Un chien adulte vivant en Arizona et souffrant de nanisme a gardé son aspect de petit chiot. C’est un parasite qui en est la cause. Ayant souffert de plusieurs maladies dues à celui-ci, il a été traité et se porte désormais bien.

Un berger allemand pure race âgé de deux ans et vivant à Phoenix, en Arizona, souffre de nanisme hypophysaire. Cela signifie qu'il conserve son apparence de chiot beaucoup plus longtemps que la normale, expliquent plusieurs médias.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Ranger (@ranger_thegshepherd)

Cette maladie rare, à laquelle les bergers allemands sont prédisposés, a été diagnostiquée après qu’il a contracté un parasite appelé Giardia. S’étant rétabli, il a pourtant arrêté de grandir.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Ranger (@ranger_thegshepherd)

L’amour de ses propriétaires et le concours d’internautes

Ses propriétaires l'ont alors emmené chez leur vétérinaire, qui a révélé qu’il était sans doute atteint de nanisme hypophysaire. En tant qu'effet secondaire de ce nanisme, l’animal a dû faire face à divers problèmes de santé, notamment une perte de fourrure et une peau squameuse causées par l'hypothyroïdie.

Grâce à l'amour inconditionnel de ses propriétaires et à l'aide de ses fans en ligne, il a été en mesure de recevoir tous les traitements dont il avait besoin et s'est maintenant complètement remis de ses problèmes de santé.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Ranger (@ranger_thegshepherd)

Le chien est heureux et en bonne santé et peut dorénavant jouer toute la journée avec sa famille ou profiter de sa célébrité de vedette d’Instagram.

Lire aussi:

Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tags:
Arizona, chiens, berger allemand
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook