Insolite
URL courte
5622
S'abonner

Au vu de la colère suscitée par sa commercialisation inadéquate de tapis de prière musulmans, le détaillant mondial en ligne Shein a présenté ses excuses et précisé avoir créé un comité regroupant des représentants de différentes cultures et confessions afin d’éviter que ce genre de situation ne se reproduise.

Shein, cette boutique de vente en ligne, a dû présenter ses excuses après qu’il s’est avéré qu’elle commercialisait des tapis de prière musulmans, notamment certains porteurs d’une représentation de la Kaâba à La Mecque, lieu sacré de l’islam, en les faisant passer pour des tapis grecs.

Khadija Rizvi, cette étudiante en journalisme, a été l’une des premières à l’avoir remarqué. Sur Instagram, elle s’est dite «dégoûtée» du fait que la marque vende des tapis musulmans comme de simples tapis à frange. En quatre jours, sa publication a recueilli plus de 58.000 mentions «J’aime» et attiré l’attention des médias. Depuis, le mécontentement a enflé, précise Metro.

Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от Khadija 👩🏽‍🎨 (@s.khadija.r)

Alors, l’entreprise a présenté publiquement ses excuses sur son compte Instagram:

«À notre communauté: nous avons récemment fait une grossière erreur en vendant des tapis de prière comme décoratifs sur notre site. Nous comprenons que c’était extrêmement offensant et nous sommes vraiment désolés».
Посмотреть эту публикацию в Instagram

Публикация от SHEIN.COM (@sheinofficial)

Et de préciser que les articles en question ont immédiatement été retirés des ventes et que, pour éviter que la situation ne se reproduise, un comité comptant en son sein des représentants des différentes cultures et confessions a été mis en place.

Lire aussi:

Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
L’UE ne reconnaît pas les résultats de la présidentielle en Biélorussie
Tags:
commerce en ligne, islam, tapis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook