Insolite
URL courte
Par
7794
S'abonner

Après qu’un jeune homme d’affaires s’est vu refuser un prêt de 10.000 livres par une banque d’Urmston, au Royaume-Uni, pour créer son entreprise en 2003, il achète 17 ans plus tard l’immeuble de l’établissement qui a failli ruiner sa carrière.

Un homme d’affaires de 39 ans, qui s’est vu refuser une demande de prêt il y a 17 ans dans une banque de sa ville natale d’Urmston, en Angleterre, est devenu propriétaire de l’immeuble, rapporte LadBible.

À 21 ans, il quitte son poste de vendeur pour créer son entreprise. Il demande alors un prêt de 10.000 livres sterling (11.000 euros) à une banque en présentant son plan d’affaires. Mais la directrice de l’établissement ne le prend pas au sérieux.

«J'ai été bouleversée quand elle m'a dit que j'étais trop jeune et inexpérimentée et qu'ils ne pouvaient pas prendre un tel risque pour moi», raconte-t-il au média.

«Les premiers mois ont été très difficiles»

Sans l'argent, il assure avoir passé quatre mois à appeler assis sur le sol d'un petit bureau, car il ne pouvait même pas s'offrir une table et une chaise.

«Les premiers mois ont été très difficiles. Je ne savais pas si j'allais pouvoir la faire fonctionner et être en mesure de payer mes factures. J’ai souvent pensé que c'était la fin, mais j’ai refusé d'abandonner et ça a payé», poursuit-il.

Finalement, sa société de gestion de dette prend son envol. En 2014, il la revend cinq millions de livres sterling.

Des projets dans l’immeuble de la banque

Aujourd'hui, Adam Deering est un homme d'affaires à l’origine de plusieurs entreprises qui génèrent des millions de livres, dont la société de gestion de dette Hanover Insolvency et l’entreprise funéraire Pride Planning.

Il vient de dépenser 450.000 livres (497.000 euros) pour acquérir l’immeuble de la banque et envisage 500.000 livres supplémentaires pour le transformer en résidence et commerce de vente au détail.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Le ministre français du Commerce commente l'appel d'Erdogan à boycotter les produits français
Tags:
prêt, banques, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook