Insolite
URL courte
Par
0 710
S'abonner

Un septuagénaire indien présumé mort et placé dans un caisson réfrigérant a été sauvé le jour suivant lorsque les employés du service funéraire ont aperçu qu'il bougeait encore, selon le Hindustan Times.

Un Indien de 74 ans habitant un village du district de Salem dans l'État du Tamil Nadu (sud de l'Inde) a été déclaré mort par son frère lundi 12 octobre mais a été secouru de justesse le lendemain, rapporte le Hindustan Times. Les employés du service funéraire se sont rendu compte que le corps du présumé défunt était bel et bien animé.

Cet Indien souffrait depuis quelques mois de maladies liées à l'âge et vivait avec son frère cadet âgé de 70 ans.

Lundi soir, ce dernier a tenté de réveiller son frère, mais sans succès. Il a alors présumé que son frère était mort et a contacté une agence funéraire lui demandant de fournir un caisson réfrigérant. Il a également prévenu des proches pour les funérailles.

Le lendemain ses mains bougeaient

Quand l'entreprise est venue chercher le caisson le lendemain, avant les funérailles, les employés ont constaté que les mains du septuagénaire bougeaient encore. Ils ont alors averti son frère, qui leur a répondu que le défunt était victime de spasmes et que son «âme n’avait pas encore quitté son corps».

La police ne pense pas à un acte prémédité

La police a été informée et ses agents ont immédiatement transféré le septuagénaire à l’hôpital. Après examen, l'homme de 74 ans s'est avéré être bel et bien en vie.

Selon un responsable du commissariat de police, rien n'indique que le comportement du frère cadet ait été prémédité, car «il ne semble pas non plus avoir toute sa tête».

Une enquête a été cependant ouverte pour mise en danger de la vie et de la sécurité d'autrui.

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
vie, morts, Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook