International
URL courte
27639
S'abonner

Le scandale lié au meldonium, impliquant les plus célèbres athlètes russes, n'a pas pu se faire sans les Etats-Unis. C'est l'agence antidopage américaine qui est parvenue à inclure le médicament dans la liste des produits prohibés.

Une source anonyme au sein de l'agence anti-dopage américaine (USADA) a confié à l'édition américaine USA Today que c'était l'USADA qui avait pris l'initiative d'inclure le meldonium dans la liste des substances interdites par l'Agence mondiale anti-dopage (AMA).

Selon la source, l'agence américaine a reçu des informations selon lesquelles les athlètes provenant principalement d'Europe de l'est et, en particulier, de Russie utilisaient le meldonium. Lors d'une analyse de 8.300 échantillons, du meldonium a été trouvé dans 182 échantillons. Tous les échantillons appartenaient à des athlètes d'Europe orientale.

Puis, selon la source, l'USADA a tenu un colloque en 2014 pour discuter de l'effet du médicament. Ensuite, l'AMA a ajouté le meldonium dans la liste des substances à surveiller. Enfin, le 1er janvier 2016 le meldonium est apparu sur la liste des substances interdites.

Le 7 mars, lors d'une conférence de presse à Los Angeles, la championne aux cinq titres du Grand Chelem, Maria Sharapova, a révélé se trouver plongée dans une affaire de dopage après son contrôle positif au meldonium.

Principalement utilisé dans la prévention des infarctus, il n'est classé parmi les hormones et modulateurs métaboliques (groupe S4) que depuis le 1er janvier 2016, après quoi plusieurs athlètes, notamment Suédois, Russes, Ukrainiens et Ethiopiens, ont été contrôlés positifs à la substance.

Lire aussi:

L'AMA appelle à enquêter sur le dopage aux Etats-Unis
L’Agence russe anti-dopage contraire aux normes internationales, selon l'AMA
Le parlement allemand aggrave la sanction pour dopage
La Russie rejette les accusations de dopage organisé dans l'athlétisme
Tags:
médicaments, meldonium, dopage, Agence mondiale antidopage (AMA), USA Today, Maria Sharapova, Ethiopie, Europe de l'Est, Suède, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook