Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel

    L'Occident règlera-t-il ses problèmes sans Poutine?

    © AFP 2019 Kirill Kudryavtsev
    International
    URL courte
    36500

    Le chaos en Syrie, l'afflux de migrants... ces problèmes, seront-ils résolus par l'Occident tout seul? Non, il est plutôt temps de se tourner vers Moscou, de lever les sanctions antirusses, si l'on souhaite régler les problèmes qu'il affronte.

    La campagne militaire russe en Syrie a eu lieu dans l'intérêt de l'Occident. Le cessez-le-feu, les négociations de paix à Genève, la progression de Daech freinée et la libération de la ville antique de Palmyre, ces progrès auraient été impossibles sans la participation des forces armées russes, lit-on dans le magazine allemand Stern.

    Chacune de ces raisons suffit pour mettre un terme à la confrontation avec la Russie et pour accueillir de nouveau le président russe dans la communauté internationale, et tout de même rien ne semble changer.

    Entre-temps, la coopération avec Moscou sera le plus bénéfique pour l'Allemagne et l'Europe, surtout vu l'attitude incertaine de l'Europe vis-à-vis de la Turquie. Ce que l'Allemagne comprend clairement est que Vladimir Poutine est beaucoup plus sensé que le président turc qui a promis de coopérer mais a maintes fois sapé sa crédibilité par ses démarches.

    Ainsi, l'Union européenne et Ankara ont conclu en mars un accord selon lequel la Turquie doit accueillir tous les migrants sans papiers qui étaient arrivés en Europe après avoir transité par l'Anatolie, et cela en échange de réfugiés syriens installés en Turquie en nombre égal. En contrepartie, l'UE a promis d'accélérer l'adhésion du pays à l'union et d'instaurer un régime sans visas.

    Mais l'accord s'est retrouvé sur le point d'échouer en raison des gestes imprédictibles de Recep Tayyip Erdogan et de l'incapacité d'Ankara de satisfaire au moins à certaines exigences pour que le régime sans visas soit introduit entre ce dernier et le zone Schengen. De quelle coopération reste-t-il à parler?

    Actuellement, les pays européens connaissent une conviction de plus en plus forte que la Russie a vraiment de l'importance sur l'échiquier international, poursuit Stern. Politiquement parlant, cela suggère qu'il faut se tourner vers le dirigeant russe, achever la course aux armements en Europe et lever les sanctions antirusses, au moins en partie.

    Lire aussi:

    Team USA-Russie?
    "Contrairement à l'Occident, la Russie combat réellement le terrorisme"
    La Russie, cette bête noire prête-à-accuser de l'Occident
    Occident vs Russie: pourquoi la faute revient toujours à Poutine
    Tags:
    crise syrienne, coopération, levée des sanctions, sanctions antirusses, adhésion à l'UE, Espace Schengen, Union européenne (UE), Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Turquie, Allemagne, Europe, Occident, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik