Ecoutez Radio Sputnik
    Hillary  Clinton

    Le FBI ne peut pas prouver le piratage du compte d'Hillary Clinton

    © AP Photo/ Richard Drew
    International
    URL courte
    Les révélations de WikiLeaks (109)
    112352225

    Alors que le scandale autour des e-mails des démocrates prend de l'ampleur, le Federal bureau of investigation (FBI) n'a pas trouvé de preuves du piratage des courriels de la candidate à la présidence du Parti démocrate Hillary Clinton.

    "A l'issue de l'enquête et de l'analyse des indices matériels, nous n'avons pas trouvé de preuves confirmant que le compte électronique ou bien le portable de Mme Clinton avaient été hackés à l'aide de cyber-moyens", lit-on dans le document sur l'enquête rendu public vendredi.

    Entre-temps, les limitations de l'enquête, dont par exemple l'impossibilité d'accéder à tous les téléphones portables d'Hillary Clinton, ont empêché le FBI de déterminer avec certitude si les informations secrètes stockées dans le serveur privé de cette dernière avaient été piratées ou non, via une cyberattaque ou d'une autre façon, poursuit le document.

    Le FBI a également découvert que des étrangers avaient eu tout de même accès à certaines lettres de Mme Clinton, ayant hacké les courriels des personnes qu'elle contactait.

    En réponse, la candidate à la présidentielle américaine, interrogée par le FBI, a déclaré ne pas se rappeler des instructions sur la façon de traiter les données secrètes.

    Le scandale autour de la correspondance électronique d'Hillary Clinton a débuté en mars 2015 sur fond de cyberattaques continues contre les institutions américaines.

    Hillary Clinton, qui a dirigé le département d'Etat américain de 2009 à 2013, avait auparavant regretté d'avoir utilisé sa messagerie privée, hébergée sur un serveur non protégé, à des fins professionnelles. Elle a par ailleurs nié avoir envoyé des informations secrètes. Au moins deux messages reçus par Hillary Clinton dans sa messagerie privée étaient classés "top secret" alors que plus de 1.300 d'entre eux portaient la griffe "secret".

    Suites à ces révélations, l'opposition républicaine a accusé l'ex-secrétaire d'Etat de graves violations des règles de sécurité nationale.

    Dossier:
    Les révélations de WikiLeaks (109)

    Lire aussi:

    Marine Le Pen: "Tout sauf Hillary Clinton"
    Américains tués en Libye: nouvelles révélations sur la correspondance de Clinton
    Hillary Clinton fâchée contre la chaîne RT?
    Santé d'Hillary Clinton: un thème tabou des médias US lourd de licenciement
    Tags:
    information secrète, hackers, piratage, compte privé, FBI, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik