Ecoutez Radio Sputnik
    Berlin

    «Ils font tout pour briser l’échine de Moscou, mais ça ne marchera pas»

    © REUTERS/ Fabrizio Bensch
    International
    URL courte
    7155682238

    La politique allemande à l’égard de la Russie subit des changements violents. L’Union chrétienne-démocrate (CDU) et l’Union chrétienne-sociale (CSU) au pouvoir en Allemagne ont préparé un document chargé de déterminer les contours de cette nouvelle politique de durcissement.

    L'Union chrétienne-démocrate (CDU) et l'Union chrétienne-sociale (CSU) sont en train d'élaborer une nouvelle politique allemande à l'égard de la Russie. Le document stipulant ses particularités met l'accent sur le durcissement de cette politique.

    Les principes politiques d'Angela Merkel mettent en cause la sécurité

    Une telle tournure signifie que la chancelière fédérale allemande Angela Merkel s'éloigne des principes qu'elle avait précédemment l'habitude de partager, estime l'ex-secrétaire du ministère allemand de la Défense et ex-vice-président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Willy Wimmer dans une interview accordée à Sputnik.

    « Ainsi, je peux vous assurer qu'à l'époque où la République fédérale allemande remplissait les obligations des accords conclus, suivait les principes de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) et était attachée au Statut de l'Organisation des Nations unies (Onu), nous n'aurions pas pu rédiger un tel document », indique l'expert.

    C'est une dégradation de la politique allemande, déclare M. Wimmer qui ajoute que le document est tellement choquant qu'il est difficile de croire qu'il est l'œuvre du plus grand parti allemand.

    « Et quand on lit ce document, compte tenu de ces circonstances, on comprend que ce parti, mon parti, s'est dégradé jusqu'à devenir un parti qui menace la sécurité de l'Europe et qui n'est plus en mesure d'identifier les intérêts nationaux de la République fédérale allemande et de les présenter », souligne l'ex-secrétaire du ministère allemand de la Défense.

    L'idée de bon voisinage oubliée

    Par ailleurs, le document présente une vision erronée de la politique internationale contemporaine, indique M. Wimmer qui précise que dans cette situation, il est difficile à croire que Mme Merkel participait en réalité au règlement de la crise dans le sud-est de l'Ukraine.

    « Maintenant, quand on lit ce document, il faut tenir compte du fait que la chancelière fédérale, dont la participation à la création du document de ce genre, même à l'état de projet, est indispensable, veut priver le processus de Minsk de sa base et ainsi jouer un rôle décisif dans la déstabilisation de l'Europe », explique l'expert.

    Selon M. Wimmer, la politique occidentale envers la Russie depuis la réunification de l'Allemagne se caractérisait par des démarches de confrontation. Le déploiement des forces de l'Otan près des frontières russes en est un exemple frappant. Cette politique a favorisé la création des scénarios de conflit de l'époque de la guerre froide, alors que tout le monde espérait sa fin…

    « Si j'étais à Moscou, en Russie, et si j'observais un tel état de choses aux frontières occidentales, moi, j'arriverais très probablement à la conclusion suivante : c'est la même politique qu'Adolf Hitler et Napoléon menaient à l'époque. Et dans une telle situation, nous ne pouvons pas suivre la politique de bon voisinage que nous avions adoptée en 1990 en signant la Charte de Paris », indique M. Wimmer.

    La pression occidentale sur la Russie, dans quel but ?

    La ligne de confrontation politique comme principe commun occidental ? La résolution du Parlement européen récemment adoptée le prouve. Selon l'ex-vice-président de l'OSCE, quand la Russie a exprimé sa volonté de mener une politique internationale correspondant à ses intérêts tout en suivant les normes du droit international, l'Occident a montré les dents.

    « Les Américains accompagnés des Britanniques et avec la participation active de Berlin essaient de détruire cette position et d'établir une tutelle sur la Russie. On ne peut pas traiter autrement les formules présentes dans ce document. Ils font tout pour briser l'échine de Moscou, mais la seule chose est sûre : dans le cas de Moscou, ça ne marchera pas », explique M. Wimmer.

    L'ex-vice-président de l'OSCE avertit : ce que fait Mme Merkel à Berlin, c'est un retour à l'arrogance allemande. Une tournure politique qui est très dangereuse, compte tenu de l'expérience historique du XXe siècle…

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Les vols de l’aviation russe sur Alep totalement suspendus depuis 44 jours
    Un avion de reconnaissance US surveille la frontière russe
    Merkel dévoile sa position sur l'adhésion de la Turquie à l’UE
    Migrants: Merkel appelle l’UE et Ankara à tenir leurs engagements
    Tags:
    accord, sécurité, Union chrétienne-sociale (CSU) d'Allemagne, Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, ONU, OTAN, Willy Wimmer, Angela Merkel, Occident, Europe, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • bea33
      Qui peut nous communiquer la teneur de ce document ? On aimerait bien voir la teutonne dans des basses oeuvres !
    • un citoyen français
      Les grandes lignes de ce document nous serait utile pour porter notre jugement, c'est dommage.
      Merkel = une Clinton N°2 ?????
    • Parousnik
      Tout comme le Fuhrer A. Hitler la Fuhrer Merkel perd les pédales...finira t elle comme lui ?
    • frederic.poinsard
      Le "pôle directeur" des unipolaires est entrain de se délocaliser de Washington à Berlin, d'où le Brexit...suivait le guide M'essieur Dame...l'histoire avec ces gens là n'est pas terminée, est-ce l'Hydre de Lerne? avec sa cohorte merdiatique.
    • Ryurik
      L'Histoire du XXème a systématiquement montré qu'une Allemagne trop puissante en Europe était néfaste pour celle-ci. Merkel qui s'imagine diriger l'Europe en est un exemple supplémentaire. Mais les vents vont probablement tourner compte tenu des alternances politiques aux USA, en France et en Autriche. A terme c'est toute l'UE qui risque de se détricoter. L'Allemagne risque de se retrouver très isolée.
    • Ryuriken réponse àun citoyen français(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      un citoyen français, certes une Clinton n°2 mais avec le charisme d'une huître. Et sans l'appui d'une puissante force armées pour asseoir sa politique tant il est vrai que la Bundeswehr est un exemple d'inefficacité.
    • Dolinduz
      Merkel va mener l'Allemagne à sa perte.
      On la contournera pour nous rendre en Russie.
    • Darius
      Si François Fillon (ou Marine Le Pen) est élu(e) la France aura quelques désaccords avec l'Allemagne !
    • OAK
      La Russie est un Pays d'une résilience extraordinaire. Ce ne sont pas les ambitions de quelques dirigeants Allemands qui feront plier un tel peuple.
    • imouts
      La grosse Bertha a complètement pété les plombs, la panique est palpable !!!
    • imoutsen réponse àfrederic.poinsard(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      frederic.poinsard, qui sait ?!
    • imoutsen réponse àRyurik(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Ryurik, espérons !
    • imoutsen réponse àDarius(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Darius, espérons !
    • Marques rouges
      Ironie de l'histoire, c'est bien la politique d'Hitler face à la Russie, mais menée par la "social-démocratie" internationale qu'il critiquait avant son accession au pouvoir !
      D'ailleurs Merkel n'a été sélectionnée par ces gens uniquement car elle était le seul politicien allemand prêt à envoyer des soldats allemands en Afghanistan, pour donner une apparence de légitimité à l'invasion du pays par les USA ! aucune force militaire n'avait été déployée à l'étranger depuis 1945.
    • gevehem
      L'occident ne brisera pas la Russie, ni aujourd'hui, ni plus tard. Nas ne dogonyat...
    • guyhacquin
      La situation s annonce de plus en plus difficile pour Merckel,avec l élection de Trump et sans doute en France de Fillon,les positions de ce dernier étant ouvertement pro Russe
      et pro Japonaise,avec une méfiance grandissante pour l Allemagne et la Chine.
      On doit sablé le Champagne au Kremlin !
    • Darius
      «Ils font tout pour briser l’échine de Moscou»
      Même le IIIème Reich s'y est cassé les dents !
    • merlinbzh
      L'Allemagne retombe dans ses mauvais travers, il faut absolument que Merkel et tous ceux qui appliquent la même politique qu'elle que ce soit dans son parti ou ailleurs dégagent vite fait. Mais cette fois, il semble que le peuple allemand ne se fera pas avoir en suivant aveuglément son (sa) Führer(in)
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres