Ecoutez Radio Sputnik
    Cyberattaque

    Des cybertroupes bientôt à nos portes, selon Poutine

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    2100
    S'abonner

    Vladimir Poutine a indirectement appelé à se préparer à une intervention extérieure dans les systèmes électroniques, plusieurs pays ayant de fait mis les technologies de l’information au service de l'armée.

    Certains pays forment des cybertroupes en vue d'accomplir des tâches géopolitiques, a déclaré jeudi le Président russe.

    «Je tiens à noter que plusieurs pays ont de fait mis les technologies de l'information au service de l'armée, forment leurs cybertroupes et utilisent activement le domaine informatique pour affaiblir leurs concurrents, promouvoir leurs intérêts économiques et politiques, accomplir des tâches géopolitiques en général, y compris comme un facteur du "pouvoir de persuasion"», a déclaré Vladimir Poutine lors d'une réunion du Conseil de sécurité russe.

    Une intervention extérieure dans les systèmes électroniques dans les domaines de la défense et de la gestion publique, de l'infrastructure vitale, des finances, des fuites de documents électroniques risque d'avoir des conséquences «des plus lourdes», selon lui.

    Les effets néfastes des différentes cyberattaques revêtent déjà un caractère et une envergure vraiment globale et non plus locale, a souligné le chef de l'État.

    Le virus WannaCry, diffusé au milieu de l'année 2017, a causé des dégâts dans des sources de données de 150 pays, dont la Russie, a rappelé M. Poutine.

    Lire aussi:

    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    La loi de la jungle: un python tué par le ratel qu’il étranglait à cause de l’intervention d’un chacal – vidéo
    La Turquie évoque une fermeture de la base d'Incirlik en réponse aux sanctions US contre les S-400
    Tags:
    cyberattaque, Vladimir Poutine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik