International
URL courte
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
16633
S'abonner

En jouant leur «spectacle» sur le prolongement du mandat des experts chargés d’enquêter sur les attaques chimiques en Syrie, les alliés de Washington souhaitent exclure la Russie du règlement politique dans ce pays, estime l’ambassadeur russe à l’Onu.

Les États-Unis ont présenté au Conseil de sécurité de l'Onu leur projet de résolution sur le prolongement du mandat de la commission d'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie afin de remettre en question le rôle de Moscou dans le règlement politique de ce pays, a déclaré vendredi l'ambassadeur russe à l'Onu, Vassili Nebenzia.

La Russie a opposé jeudi son veto contre une résolution présentée par les États-Unis qui visait à renouveler pour deux ans le mandat du Mécanisme conjoint d'enquête (JIM), mis en place par l'OIAC et l'Onu et qui expire le 17 novembre, sur les attaques chimiques à Khan Cheikhoun, en Syrie.

M. Nebenzia a fait remarquer que son homologue britannique avait «lâché le mot» en disant que la Russie n'avait pas sa place dans le processus politique en Syrie, et c'est là, selon le diplomate russe, la raison du «spectacle» joué à l'Onu, dont l'objectif serait de «remettre en question le rôle de la Russie dans le processus politique du règlement syrien».

11 pays ont appuyé le projet proposé par les États-Unis. La Russie et la Bolivie ont voté contre, la Chine et l'Égypte se sont abstenues. «La Russie a tué le Mécanisme conjoint d'enquête», a alors déclaré l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Nikki Haley.

Avant le vote sur le projet américain, Moscou a rappelé son propre projet de résolution sur l'enquête des attaques à Khan Cheikhoun suite au refus des membres du Conseil de sécurité d'examiner sa proposition.

La Bolivie a déjà exhorté le Conseil de sécurité de l'Onu à revenir sur l'examen du projet de résolution russe malgré la décision de Moscou de le retirer. Le représentant de la Russie, Vassili Nebenzia, a de nouveau soumis le projet russe au Conseil de sécurité.

L'opposition syrienne a annoncé, le 4 avril 2017, qu'une attaque aux armes chimiques avait fait 80 morts et 200 blessés à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, accusant les troupes gouvernementales syriennes d'être à l'origine de cette dispersion chimique. Le commandement syrien a rejeté la responsabilité de l'incident sur les djihadistes et leurs alliés. Les autorités du pays ont rappelé qu'elles n'avaient jamais utilisé d'armes chimiques contre les civils et les terroristes et que l'arsenal chimique syrien avait été retiré du pays sous le contrôle de l'OIAC.

Dossier:
Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

Lire aussi:

Castex: «Il faut tout faire pour retarder le confinement»
Nicolas Maduro lance un ultimatum à l’Union européenne
Natacha Polony: «Il y a eu un recul des libertés individuelles et publiques depuis un an qui est majeur» - vidéo
Tags:
armes chimiques, Conseil de sécurité de l'Onu, Vassili Nebenzia, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook