Ecoutez Radio Sputnik
    Pentagone

    Le Pentagone reste muet sur le retrait des militaires russes de Syrie

    © AFP 2018 Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    11170

    Alors que Vladimir Poutine a annoncé le retrait des soldats russes du territoire syrien suite à l’opération antiterroriste réussie, le Pentagone a toutefois refusé de commenter pour Sputnik cette décision de Moscou.

    Le département américain de la Défense a préféré garder le silence sur l'ordre de Vladimir Poutine de procéder au retrait d'une partie importante du contingent militaire russe en Syrie, refusant de le commenter pour Sputnik.

    Les pilotes russes sur la base aérienne de Hmeimim en Syrie
    © Sputnik . Dmitriy Vinogradov
    Un représentant du Pentagone a cependant proposé à Sputnik de «s'adresser, pour des explications et des informations sur le déplacement des troupes», à la partie russe.

    «Nous sommes toujours concentrés sur la défaite de Daech et sur le soutien à nos forces partenaires pour une défaite à long terme (de Daech, ndlr)», a déclaré à Sputnik le porte-parole du Pentagone, Eric Pahon.

    Le 11 décembre, Vladimir Poutine a ordonné au ministre russe de la Défense et au chef d'état-major général de procéder au retrait du groupe des forces russes en Syrie.

    Il a également remercié les militaires russes pour leur victoire et leur a souhaité de regagner leur patrie et de retrouver leurs proches, soulignant que l'objectif de combattre les terroristes en Syrie avait été atteint avec succès.

    M. Poutine a cependant ajouté que deux bases de déploiement des soldats russes en Syrie — Hmeimim et Tartous —, resteraient utilisées de manière permanente par les militaires russes. 

    Lire aussi:

    Le Kremlin explique pourquoi le Président s'est rendu en Syrie
    La Défense russe sur l’état des forces russes qui restent en Syrie
    La Russie dévoile la composition du contingent qui restera positionné en Syrie
    Tags:
    militaires, opération militaire, terrorisme, Vladimir Poutine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik