Ecoutez Radio Sputnik
    Steve Bannon

    Trump accuse son ancien conseiller Steve Bannon d'avoir perdu la raison

    © AP Photo / Kevin Hagen
    International
    URL courte
    346

    Face à la prochaine parution d’un livre sur la campagne électorale de 2016, Donald Trump, qui réfute son contenu, s’est hâté de prendre ses distances vis à vis du principal stratège de sa victoire.

    Le Président américain a accusé son ancien conseiller Steve Bannon, principal stratège de sa victoire en 2016, d'avoir perdu la raison, dans un communiqué cité mercredi par Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche.

    Donald Trump a minimisé en outre le rôle de son ancien conseiller dans sa victoire à la présidentielle de 2016.

    «Steve Bannon n'a rien à voir avec moi, ni avec ma présidence. Quand il a été limogé, il n'a pas seulement perdu son emploi, il a perdu la raison», a déclaré le Président.

    M. Trump a également affirmé que Steve Bannon avait passé son temps à la Maison-Blanche «à faire fuiter de fausses informations pour se rendre plus important qu'il n'était».

    Il s'agit là de la riposte de l'administration Trump à la diffusion d'extraits d'un livre à paraitre le 9 janvier, écrit par un journaliste américain et qui porte le titre Fire and Fury: Inside the Trump White House (Le feu et la fureur dans la Maison-Blanche de Trump). Les commentaires de Steve Bannon y occupent une bonne place.

    Auparavant, des médias ont relaté que la Maison-Blanche avait réfuté le contenu du livre qui n'a pas encore paru. Celui-ci affirmerait notamment que Donald Trump ne comptait pas devenir Président et que sa femme Melania aurait été choquée par la perspective de devenir Première dame.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Au moins deux morts après un atterrissage en urgence en Russie (vidéo)
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Tags:
    livre, Donald Trump, Steve Bannon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik