Ecoutez Radio Sputnik
    Steve Bannon

    Trump accuse son ancien conseiller Steve Bannon d'avoir perdu la raison

    © AP Photo / Kevin Hagen
    International
    URL courte
    346

    Face à la prochaine parution d’un livre sur la campagne électorale de 2016, Donald Trump, qui réfute son contenu, s’est hâté de prendre ses distances vis à vis du principal stratège de sa victoire.

    Le Président américain a accusé son ancien conseiller Steve Bannon, principal stratège de sa victoire en 2016, d'avoir perdu la raison, dans un communiqué cité mercredi par Sarah Sanders, porte-parole de la Maison Blanche.

    Donald Trump a minimisé en outre le rôle de son ancien conseiller dans sa victoire à la présidentielle de 2016.

    «Steve Bannon n'a rien à voir avec moi, ni avec ma présidence. Quand il a été limogé, il n'a pas seulement perdu son emploi, il a perdu la raison», a déclaré le Président.

    M. Trump a également affirmé que Steve Bannon avait passé son temps à la Maison-Blanche «à faire fuiter de fausses informations pour se rendre plus important qu'il n'était».

    Il s'agit là de la riposte de l'administration Trump à la diffusion d'extraits d'un livre à paraitre le 9 janvier, écrit par un journaliste américain et qui porte le titre Fire and Fury: Inside the Trump White House (Le feu et la fureur dans la Maison-Blanche de Trump). Les commentaires de Steve Bannon y occupent une bonne place.

    Auparavant, des médias ont relaté que la Maison-Blanche avait réfuté le contenu du livre qui n'a pas encore paru. Celui-ci affirmerait notamment que Donald Trump ne comptait pas devenir Président et que sa femme Melania aurait été choquée par la perspective de devenir Première dame.

    Lire aussi:

    Donald Trump limoge son conseiller pour les questions stratégiques
    Ivanka Trump, future Présidente des États-Unis?
    Steve Bannon constate d'«importantes divergences» à la Maison-Blanche
    Tags:
    livre, Donald Trump, Steve Bannon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik